Apprendre à jouer à l’oreille

  • Auteur Pablo
  • Niveau Amateur
  • Créé 30 septembre 2014, 16:02
  • Modifié 01 octobre 2014, 12:14
  • Visualitions 2395
Ce tuto s’adresse à tous ceux qui, comme moi, sont des fainéants de l’esgourde !


« Oh ! Ce morceau est terr-ible ! À la gratte ça doit donner ça… Puis ça… Bon ok ! Direction ultimate-guitar.com, télécharger la tablature… Ah fiante ! Personne n’a posté la tab… »

Et c’est à ce moment-là qu’on regrette de ne jamais s’être entraîné l’oreille... Je ne blâme personne, je ne connais que trop bien le sentiment. À tel point qu’il a bien fallu que je m’y mette ! Dès lors, si mes quelques conseils peuvent aider certains…

Avant tout ! Deux choses :
- Pour ceux qui se foutent royalement de leurs compétences auditives, je recommande le site de tablature ci-dessus (le professeur qui incite à tricher… on est tombés bien bas ma ptite dame);
- Je n’ai pas fait de solfège. Dans l’ensemble, je pense que mes explications sont assez correctes et valent pour bon nombre des morceaux courants. Mais elles sont peut-être vagues, imprécises ou encore incomplètes… C’est pourquoi j’invoque ici mon pouvoir qui vous rend indulgents à mon égard grâce à cette photo de petits chats sur une guitare.

Image utilisateur


Sans plus tarder, commençons !

1. La fondamentale



Grossièrement, c’est la note principale.

L’accord de Do majeur est composé d’un do, d’un mi et d’un sol. Mais la note principale (la fondamentale) est un do.

Et bien, pour bon nombre de chansons, c’est assez similaire. Il y a une note dominante dans un morceau. À titre d’exemples, pour Nothing else matters de Metallica c’est un mi, pour Highway to hell de AC/DC c’est un la et pour Fear of the dark d’Iron Maiden c’est un ré.

Connaître cette note est la première étape du processus. Comment la trouver ? Voir point 2 !

2. La gamme



Ouais je sais… Mais il faut passer par là…

Bon ! C’est maintenant que l’autodidacte maladroit que je suis va vous donner sa recette magique qui jusqu’alors n’a été approuvée que par moi.
*murmure presqu’inaudible : iiiiiiinduuuuuuulgeeeeeeeeence*

Il y a cette gamme. La gamme mineure naturelle. C'est loin d'être la seule mais elle est utilisée très couramment. Si le morceau est en mi (exemple : Nothing else matters) vous pouvez jouer ces notes-ci : mi, fa#, la, si, do et ré.

Image utilisateur


Si le morceau est en ré mineur ou en fa (exemple : Fear of the dark d’Iron Maiden), vous pouvez jouer ces notes-ci : ré, mi, fa, sol, la, sib et do.

Image utilisateur


La gamme est la même, on observe juste que la position des notes sur le manche a été décalée. Ainsi donc, il est possible de retrouver cette gamme pour chacune des notes (do, do#, ré, ré#, mi, fa, fa#, sol, sol#, la, la# et si)
Plus concrètement, chacune de ces notes sonnera « juste » pendant le morceau (et je ne peux que vous inviter à utiliser cette gamme comme base pour l’improvisation).

Maintenant, guitare en main ! Et sous l’aisselle droite aussi… ‘fin si vous êtes droitier quoi… Sinon vous devez changer le... Vous m’avez compris ! Je vous recommanderais d’abord de vous familiariser avec la gamme, essayer de la retenir (du moins en partie).

Maintenant que c’est fait (on dirait presque une recette de cuisine), lancez le morceau que vous voulez apprendre et jouez des notes par-dessus. Retenez les notes qui sonnent « bien », (donc pas fausses) et essayez de retrouver la gamme. En fonction de sa position sur le manche, vous pouvez déterminer quelle est la « note rouge ». Vous aurez là la note de base du morceau. Autrement dit, il est question de savoir, grâce à cette gamme, quelles sont les notes que le guitariste est susceptible d’utiliser tout au long du morceau.

3. Bah… cherchez…



Vous avez maintenant la note dominante du morceau, avec la gamme qui en découle, vous connaissez déjà toutes les notes susceptibles d’être jouées, il ne reste qu’à les mettre dans le bon ordre.

S’il y a une note que vous ne trouvez pas, dans un solo ou qui ne sonne pas fausse mais ne se trouve pas dans la gamme, allez-y à tâtons. Repérez une note plus ou moins similaire (estimez en fonction de la hauteur de la note) et puis essayez une ou deux cases avant, une ou deux cases après jusqu’à un résultat correct.

4. Conclusion



Encore deux ou trois petites choses…

Jouer à l’oreille, ce n’est pas forcément essayer de retranscrire un solo ou riff à la note près. Si un passage est vraiment compliqué ou que vous ne comprenez pas forcément ce que fait le guitariste, rien n’interdit d’y apporter votre propre sauce. Et du coup il n’est plus question « d’imiter » le guitariste mais de jouer le morceau comme vous l’entendez, ce qui vous permettra de créer votre propre jeu.

À titre de conclusion, je voudrais reprendre une structure claire des étapes :
- Jouez des notes par-dessus le morceau et retenez lesquelles sont justes
- Essayez de les superposer sur une gamme
- Déterminez-en la note principale du morceau
- Grâce à la gamme, reconstituez les mélodies du morceau
- Allez-y à tâtons pour les passages plus compliqués

La gamme que je vous ai donnée plus haut est couramment utilisée mais c’est loin d’être la seule. Servez-vous en comme référence si vous le souhaitez mais essayez de ne pas vous limiter à celle-ci. Apprenez-en d’autres, adaptez votre jeu en fonction des morceaux et des styles.

Ah ! J’oubliais ! Si c’est une suite d’accords que vous cherchez, reprenez les notes qui constituent la gamme (pour Nothing else matters, ce sera mi, fa#, la, si, do et ré) et il y a de fortes chances pour que la suite d’accord soit dedans. Cherchez d’abord sur la corde de mi grave quelle note colle le mieux et puis jouez l’accord correspondant. Majeur ou mineur ? À vous de chercher !

Bon amusem… euh pardon… je sais, c’est chiant de jouer à l’oreille.


PS : Si certains lecteurs se sentent aptes à corriger ou me conseiller pour améliorer ce tuto n’hésitez pas ! Si vous connaissez quelques bouquins ou sites bien faits qui me permettraient d’en apprendre un peu plus sur la théorie, ça m’intéresse vraiment!