36 Crazyfists

Le compteur peut enfin se remettre à zéro. Il indiquait jusqu'à aujourd'hui 2624. Soit le nombre de jours écoulés depuis le dernier passage en Belgique de 36 Crazyfists. Une éternité. D'autant que le groupe est passé en Europe depuis. Est-ce que la prochaine fois sera dans 7 ans ? C'est une des questions que l'on a posé à Brock, front-man et fondateur du groupe, quelques heures avant leur concert soldout à l'AB Club.

C'est votre première tournée européenne depuis 2015. Pour n'avez-vous pas joué ici depuis ?

Pour différentes raisons, ça n'a pas pu se faire plus tôt. On aimerait tourner en Europe plus souvent mais tous les ingrédients n'étaient pas en place avant maintenant. Mais finalement, nous revoici de nouveau à Bruxelles ! Je n'arrive même pas à me souvenir de la dernière que l'on a joué ici... Il y a 5 ou 6 ans ?

C'était il y a un peu plus de 7 ans : novembre 2010 !

Vraiment ?! Encore plus que je ne le pensais... Je n'ai pas de vrai souvenir de ce concert. Les seuls que j'ai viennent des vidéos que j'ai regardées sur YouTube. Une grosse foule en délire. Par contre, je me souviens qu'il y a vraiment de bonnes bières ici en Belgique !

Il faudra que tu passes au Delirium qui est tout près d'ici : tu auras le choix entre des centaines et centaines de bières !

Delirium ? D'office, je note ! Je connais la bière du même nom en tout cas.

Vous aviez également joué au Graspop en 2010. Un souvenir de votre prestation là ?

Le Graspop est en Belgique ? Je ne m'en souvenais pas ! J'adore ce festival, il est vraiment énorme & on y a joué deux ou trois (ndlr. En 2006, 2008 et 2010). J'espère vraiment qu'on aura l'occasion d'encore y jouer ! On a seulement quelques festivals de confirmés jusqu'ici pour l'été prochain : un en République Tchèque, un en Suisse je pense et un autre en Angleterre. Mais notre agent m'a dit qu'il me contacterait fin de cette semaine avec des surprises donc j'attends de ces nouvelles avec impatience ! Qui sait, le Graspop est peut-être dans son mail à venir...

On croise les doigts (ndlr. L'interview a eu lieu pendant que le Graspop annonçait des nouveaux noms aujourd'hui) ! Concernant cette tournée, qui se passe très bien avec plusieurs concerts soldout comme ce soir : est-ce que tu espérais un tel succès ?

Honnêtement non ! On ne savait pas à quoi s'attendre en Europe. En Angleterre, c'est un peu différent et les concerts qu'on vient d'y faire étaient géniaux. Les premiers concerts à être soldout étaient en Allemagne, avec Cologne il me semble, puis certains en Angleterre. Pour ce soir, je ne sais pas trop, c’est soldout depuis quelques semaines peut-être, pas plus. C’est dingue pour nous, franchement. Voir que tant de gens s’intéressent encore à nous, veulent nous voir en concert : ça nous touche énormément.

Le groupe existe depuis plus de 24 ans déjà !

Concrètement, on a fêté les 23 ans du groupe en décembre dernier. Je dirais plutôt 23 ans mais oui, on peut dire que c’est la 24è année d’activité du groupe, ce qui est plutôt incroyable !

Comme dirait mon frère : ce ne sont que des chiffres ! Mais concrètement, est-ce que vous comptez faire quelque chose de spécial pour les 25 ans du groupe, quand tout le monde sera d’accord sur le chiffre ?

On a quelques idées. Tu sais, il y a un seul endroit aux USA où l’on n’a pas encore joué : Ohio. Donc si on n’y a pas encore joué d’ici là, on y fera définitivement quelque chose pour les 25 ans du groupe, en plus d’autres concerts ailleurs bien sûr. L’idée est de faire quelque chose de familial en invitant notre ancien batteur par exemple. Mais je ne t’en dirai pas plus pour l’instant, ce n’est pas pour tout des suite !

Patience donc ! Tu me parles de ton ancien batteur : vous avez changé les 2 membres de votre section rythmique il y a 5-6 ans de ça. Pourquoi ?

Thomas, notre batteur d’origine, a décidé d’arrêter de tourner. Il n’en pouvait plus. Ca m’a fait un choc et à ce moment-là, je ne savais pas trop quel serait l’avenir du groupe, si on allait continuer ou pas. Tu sais, Thomas et moi, on se connait depuis si longtemps, on avait eu un groupe déjà avant 36 Crazyfists. Quelques temps après, notre guitariste m’a parlé de Kyles en me disant que c’était un très bon batteur et qu’on devrait essayer avec lui. Ca s’est finalement fait et il a vraiment apporté un vent de fraîcheur dans le groupe depuis qu’il est là. Quant à notre bassiste, il est revenu après avoir fait un break de 2 ans avec le groupe parce qu’il a eu un nouvel enfant. Pendant ce temps-là, c’est notre guitar-tech qui a pris sa place dans le groupe.

Tant qu’on parle d’anniversaire, ce sont les 10 ans de l’album « Tides And Its Takers ». Rien de prévu ? Une tournée anniversaire peut-être ?

Pour être honnête, je n’avais même pas réalisé que ça faisait déjà 10 ans… mais il y a quelques jours, on écoutait ces vieux titres en buvant des coups dans le bus justement, je n’avais plus écouté cet album au complet depuis tellement longtemps ! C’est drôle de se dire qu’on se bourrait la gueule en écoutant nos propres chansons ! Mais c’est un album que l’on a mis de côté pour faire place aux morceaux plus récents.

J’ai regardé la set-list de vos concerts précédents et j’ai été étonné de voir la présence d’une cover d’Alice In Chains durant le rappel : We Die Young. Tu peux m’expliquer ?

C’est ma chanson préférée du groupe et un de mes groupes préférés également ! On ne la joue pas tous les soirs mais c’est surtout pour s’amuser, prendre son pied en jouant live ce super morceau. Je ne sais pas encore si on la jouera ce soir…

La set-list fait une quinzaine de chansons environs avec tout de même 6 morceaux de « Lanterns ». Comment avez-vous choisi le reste ?

Faire une bonne set-list est toujours compliqué. Il y a quelques classiques si je puis dire que l’on met toujours, des morceaux du nouvel album comme tu as dit et pour les quelques morceaux qui reste, on pioche dans les autres albums en essayant de garder une certaine cohérence. On a tellement des chansons aujourd’hui… Généralement, je trouve que jouer 6 nouveaux d’un coup est de trop, surtout quand l’album vient de sortir et qu’il n’est pas encore familier des fans. Mais ça fait du bien de jouer de nouveaux titres et plus toujours les mêmes. On s’arrange bien sûr pour avoir des morceaux qui plairont à coup sûr, on l’espère, à notre public mais on regarde aussi pour faire plaisir à nous-mêmes !

Après tant d’années, tu n’es pas lassé ? Comment gardes-tu cette même motivation ?

C’est ce qu’on aime faire, on prend toujours autant de plaisir et tant que ce sera le cas, on continuera ! Si on ne prenait plus notre pied à écrire des morceaux ou jouer sur scène, on aura déjà arrêté. Mais il ne faut pas croire que la vie est toute rose pour autant. Loin de là. Les gens ne voient que le côté face, pas le côté pile. Ca a l’air d’être génial de tourner non-stop, de vivre de la musique, etc. Mais c’est assez éprouvant. Surtout quand on joue tous les jours sans day-off comme sur cette tournée. D’autant qu’il faut rester en forme pour offrir un bon concert aux fans tous les soirs. Hier soir était un super concert mais tu n’étais pas là. Donc on doit tout faire pour que ce soir soit également un super concert, pour toi et pour les autres personnes présentes.

Et tu as déjà imaginé ce que tu aurais pu faire de ta vie si tu n’avais pas été chanteur de 36 Crazyfists ?

Je pourrais pêcher toute ma vie. C’est une tradition familiale : mon père, mon oncle, mes frères. Ils travaillent dans l’industrie de la pêche de notre région. L’économie qui est découle est très importante pour les gens qui vivent là-bas. Donc si je n’étais pas chanteur, je travaillerais sûrement à la pêche avec eux.

Votre nouvel album « Lanterns » sonne assez sombre. Plus que les précédents en tout cas. Tu étais dans une mauvaise passe quand tu l’as écrit ?

Ouais, j’ai traversé pas mal de moments très dures de ma vie, des moments que j’aurais aimé ne pas vivre. Ma vie était un vrai bordel à ce moment-là : j’ai divorcé et vécu d’autres événements que je ne te raconterai pas car ça reste du privé mais ce n’était pas agréable. Donc oui, ça se traduit quelque peu par ce disque un peu sombre. Ca arrive à tout le monde malheureusement de passer par là, certains plus que d’autres. Mais voir aujourd’hui d’où je viens, voir que j’ai en partie remonté ça, ça fait également plaisir à voir. Le soleil brille de nouveau au-dessus de ma vie. J’ai trouvé la sortie au long couloir sombre que je traversais. Il y a toujours une sortie : quand on cherche, on trouve. Apprends de tes erreurs et continue à vivre.

De belles paroles ! Tant que l’on est dans le positif, j’espère qu’on ne devra pas attendre de nouveau 7 ou 8 ans avant de vous revoir en Belgique ?

Oh non ! Graspop, appelez-nous !