A Day To Remember - Bad Vibrations

Trois ans. Un long procès avec leur ex-label Victory Records finalement gagné. La mise en place de leur propre label pour sortir leurs disques. Le chemin fut long et périlleux jusqu’à la sortie du sixième album d’A Day To Remember. On imagine l’anxiété, le stress et la tension avec lesquelles le groupe a dû vivre. Il ne faut donc pas être devin pour comprendre le titre de l’album « Bad Vibrations ». Nous étions donc en droit de nous demander et de nous inquiéter un peu ce qu’ils allaient nous pondre dans ces conditions, même s’ils n’ont jamais déçu. Même avec le précédent « Common Courtesy » pas toujours reconnu à sa valeur.

Ils nous avaient mis à la bouche en sortant 4 singles avant la sortie officielle du disque : le monstrueux Paranoïa qui est à coup sûr une des meilleures chansons écrites par le quintet floridien ; le morceau éponyme Bad Vibrations puissant à souhait et qui rappelle l’intro de « What Separates Me From You » sorti en 2010 ; Bullfight plus surprenant dans sa structure avec une grosse rythmique faisant échos aux Queens Of The Stone Age ; enfin, le très agréable pop-punk Naïvety aux sonorités Sum 41 / Blink 182. En seulement 4 chansons, le groupe s’était présenté : son côté metalcore, son côté pop-punk ou encore son côté à nous surprendre avec quelques nouveautés. Son côté mielleux gentil semble avoir été mis de côté… ou pas.

Ces 4 morceaux se retrouvent comme par hasard sur les 5 premières pistes de l’album accompagnés d’Exposed, le morceau typiquement écrit pour faire bouger le pit mais qui n’a rien de transcendant. Malheureusement, il n’est pas le seul… Au fur et à mesure que l’on avance dans cet album, on trouve des morceaux de plus en plus ennuyants, basiques et autant le dire : inutiles. Evidemment, par moment, A Day To Remember ont tenté d’innover mais sans grande réussite. Par d’autres moments, ce sont même des titres qui font échos des plus anciens mais en moins bien. Comme We Got This qui ressemble à une chanson bonus de « Common Courtesy ».

Voilà ce qui a cruellement manqué 5 Floridiens : de la spontanéité. Ils ont été assez créatifs pour sortir un gros tube (Paranoïa), 4-5 titres qui valent le coup d’être écouter mais pour le reste, on est loin du niveau auquel nous ont habitués A Day To Remember. Sans être le gros échec de l’année, c’est une grosse déception.