Beartooth avaient une faim de loup !

Après While She Sleeps à l'AB mi-janvier, voici une autre grosse affiche metalcore de ce début d'année attendu depuis belle lurette : Beartooth et The Amity Affliction au Trix, soldout depuis 2 mois ! Devenu un mastodonte de la jeune scène metalcore en moins de 8 ans, le quintet américain s'offrait ce 1er mars sa plus grosse date en Belgique. Une soirée mémorable qu'on ne pouvait pas rater !

Ce sont les Anglais de Higher Power qui ont la lourde tâche d’inaugurer cette soirée. Et comme souvent, malheureusement, pour les premières parties, le public n’est pas au rendez-vous. Une salle à moitié vide. Une ambiance inexistante. Un pit fermé. Bref, les 25 minutes des British ont dû leur paraître un peu longues. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé : le quintet britannique a proposé un set costaud et sans réel temps mort. Mais malgré tout, la sauce n’a pas pris. L’idée était bonne de prendre un groupe typé hardcore pour ouvrir cette soirée plutôt metalcore mais le résultat, en tout cas en Belgique, n’a pas été au rendez-vous.

Près de 30 minutes de changement de plateau plus tard, c’est au tour des Australiens de monter sur scène et, sans surprise, l’ambiance est monté de plus d’un cran. On peut le dire : la soirée commence réellement maintenant après le faux départ de Higher Power. Le quatuor a sorti son nouvel album « XXX » ce 21 février - en même temps que le nouvel album de Polaris « The Death Of Me » - et c’est tout naturellement que leur gigantesque backdrop est à l’effigie de ce nouvel opus. C’est moins le cas de la set-list par contre : 3 nouveaux morceaux les 10 joués ce soir. Soient le premier morceau du disque et 2 des 3 singles diffusés en avant-première. Pour le reste, ce sont des classiques et c’est tant mieux !

Les 40 minutes des Australiens iront en crescendo pour se terminer sur le très bon Death's Hand. Même s’ils ne sont pas headliners ce soir, ils ont un répondant du public à ce niveau. Ou presque. Même si les titres issus du précédent album « Misery » ont été repris en choeur, les plus vieux tubes du groupe occupent toujours la première place dans le coeur des fans : Open Letter, Pittsburgh ou encore Don't Lean On Me. S’il fallait noter un point négatif, ce serait peut-être le manque de motivation apparent de Joel, front-man du groupe. Parfois peu concerné, nonchalantsur scène, il est rapidement retourné en backstage à la fin de leur show. Un grand sourire, une plus longue set-list et une tournée en tête d’affiche la prochaine fois ?

Set-list : Coffin - All My Friends Are Dead - Open Letter - Feels Like I'm Dying - Soak Me In Bleach - Drag The Lake - Ivy (Doomsday) - Don't Lean On Me - Pittsburgh - Death's Hand.

The Amity Affliction // FreakMike Photography pour MusicAll

Malgré ces premières parties de qualité, si le concert de ce soir est soldout, c’est bien grâce à Beartooth. Et les stars de la soirée se sont bien fait attendre : 35 minutes de changement de plateau, c’est long ! Heureusement, ils ont commencé 5 minutes plus tôt que prévu, avec un morceau bien connu de Disturbed, Down With The Sickness, le temps que les lumières s’éteignent. Et dès l’entrée des Ricains sur scène, on a compris qu’on allait passer une très bonne soirée ! Le matériel imposant sur scène donnera l'impression - déjà laissée par la nouvelle carrure du groupe - que le Trix est déjà trop petit pour eux alors que c'est la première fois qu'ils y jouent. Un énorme lâché de confettis qui remplit toute la salle et un tube du premier disque du groupe, The Lines : rien de mieux pour lancer cette soirée de la meilleure des façons !

Les Ricains vont parfaitement alterner entre les meilleurs morceaux de leurs différents pour faire autant plaisir aux fans new-school qu'à ceux qui suivent le groupe depuis le début. Même si avec 7 morceaux pour "Disease" contre 5 pour "Disgusting" et 3 pour "Agressive", les titres les plus récents sont plus mis à l'honneur. Le tout mené d'une main de maître par Monsieur Caleb Shomo, toujours avec son look de front-man de groupe hard-rock : bandana dans les cheveux, un autre qui pend à la poche arrière du pantalon. Une approche plus rock'n'roll qui correspond également à l'évolution musicale du quintet américain.

Les morceaux s’enchaînent avec une énergie débordante et on ne voit pas du tout le temps passer. A part peut-être une fois : durant le solo de batterie qui était un peu trop long et perdait un peu de son intérêt. Mais l’occasion était bonne pour nous de souffler un peu avant le dernier tiers du concert qui nous attendait.

Un des moments forts de la soirée est arrivé avec le tube Sick Of Me. Les sujets tels que la dépression et l'anxiété sont des sujets fortement abordés par le groupe. Ce morceau sorti en 2017 avec un clip assez poignant, retraçait d'ailleurs l'histoire de nombreuses personnes qui en ont souffert. D'après l'OMS, plus de 350 millions de personnes en souffrent dans le monde. Soit plus que la population totale des Etats-Unis ! Avant de lancer le morceau, Caleb avait demandé à chacun dans le groupe devait faire une accolade à son voisin dans la salle. Une façon de rappeler à chacun que personne n'est seul. Il y aura toujours une oreille pour vous écouter, une épaule sur laquelle vous reposer. Des paroles qui signifiaient beaucoup pour certaines personnes ce soir.

Plus que leur musique, c'est également le message qu'ils propagent à travers celle-ci qui fait la force et le succès de Beartooth. Certains groupes ont bien évidemment du succès avec des chansons musicalement riches mais aux paroles tellement pauvres. Dans cette catégorie, ils sont rejoint par The Amity Affliction qui abordent également des thématiques fortes dans leur nouveau disque (ainsi qu'en général dans leur discographie).

Set-list : The Lines, Enemy, Hated, Agressive, Afterall, Bad Listener, I Have A Problem, You Never Know, Manipulation, Drum Solo, Fire, Beaten In Lips, Sick Of Me, Body Bag, Disease // Rappel : In Between.

Beartooth ont confirmé ce soir leur énorme succès, donnant l’impression que le Trix était déjà trop petit pour eux. Pendant 1h15, ils ont tout donné, faisant le tour de toute leur discographie, accompagné d’effets scéniques magnifiques. Bref, on a pris notre pied et on s’impatiente déjà de les revoir. A l’Ancienne Belgique la prochaine fois ?!

Beartooth // FreakMike Photography pour MusicAll