Comeback Kid : Une belle répète live !

Ce jeudi 16 novembre, il y avait énormément de choix pour différents styles : The Kooks à Forest National, Queens Of The Stone Age au SportPaleis ou encore Comeback Kid au Trix. Nous avons choisi d'aller nous défouler au Trix avec une affiche qui avait de la gueule sur le papier : Comeback Kid, Every Time I Die, Knocked Loose et Higher Power. Un beau mix entre groupes qu'on ne présente plus et jeunes pousses qui font bien parler d'eux ces derniers temps... mais dont ce ne sera pas la meilleure soirée !

La soirée démarrait à 19h30 avec Higher Power mais grâce à la compétence de la SNCB, c'est seulement pour leur dernier morceau que nous sommes arrivés dans la salle anversoise. Une salle aussi froide à l'intérieur qu'à l'extérieur : une poignée de curieux le long des murs regardaient d'un air intrigué le quintet anglais. Le public ne sera malheureusement pas beaucoup plus en nombre ni plus motivé ensuite pour Knocked Loose. Et pourtant, le groupe était en pleine forme, le son était bon, les titres de leur premier album "Laugh Tracks" envoyaient la patate mais non : à part quelques courageux qui avaient de mouliner les bras pendant 20 secondes (peut-être plus pour retirer une crampe qu'autre chose ?) par-ci, par-là, il n'y avait pas d'ambiance. Malgré tout, le groupe ne s'est pas démoralisé, a joué son set et a prouvé tout le bien que l'on pensait déjà d'eux : ils ont du potentiel et on les verra sûrement aller très loin !

La soirée est ensuite monté d'un cran avec Every Time I Die, des habitués de la Belgique qu'on ne présente plus : près de 20 ans d'activité dans la scène hardcore internationale. Déjà. Malheureusement, le public, qui remplit les 2/3 de la salle, ne répondra pas beaucoup plus présent. Un concert assis aurait eu la même ambiance. Mais nous ne verrons que quelques morceaux du groupe : interview de Knocked Loose oblige, que vous pourriez bientôt lire sur notre site ! La fin de soirée et la venue de la tête d'affiche est donc vite arrivée, à savoir les Canadiens de Comeback Kid. Même si la tournée est annoncée comme en co-tête d'affiche avec ETID et sans être annoncée promotionnelle, le quintet vient bien ce soir présenter son nouveau disque "Outsider" sorti le 8 septembre dernier sur Nuclear Blast. Au final, ce sont 4 nouveaux morceaux qui seront joués : Somewhere Somehow, Absolute, Surrender Control et le très original Hell Of A Scene. Mais que ce soient des nouveaux titres ou les grands tubes des Canadiens : le public restera le même, c'est-à-dire fort mou. La configuration de la fosse était très spéciale : deux rangées de fans à la barrière qui n'aurait jamais dû être là, un large espace pour un pit qui ne prendra jamais plus qu'une vingtaine de personnes et ensuite, plus de 500 personnes tassés sur les marches tels des voyeurs... ils ne sont là que pour regarder, pas pour chanter, pas pour bouger, pas pour mettre l'ambiance. Et pourtant, il y avait du costaud dans la set-list : False Idols, Wasted Arrows, GM Vincent And I, Do Yourself A Favor... même le cultissime Wake The Dead pour conclure le show n'a pas atteint des sommets. Oui, il y avait quelques sing-alongs au premier rang, ça bougeait un petit peu pour ce titre mais c'était très loin d'être la folie. Mais les gars de Comeback Kid, Andrew le premier, avaient l'air contents d'être là. Le seul reproche qu'on pourra leur faire, c'est la durée du set qui n'aura pas dépassé les 45 minutes. Et pourtant, ils ont de quoi faire une heure de set : pourquoi ne plus jouer Broadcasting par exemple ?

Ce concert ne restera définitivement pas dans les anales. Comment expliquer ce manque d'ambiance à un concert hardcore de qualité ? La barrière ? La trop grande salle ? Les températures froides extérieures ? La flemme ? On ne saura jamais. On ne peut qu'espérer que ce sera bien mieux la prochaine fois car on ne se lassera jamais de voix Comeback Kid !