Deez Nuts : it was party time !

L’année ne fait que commencer et pourtant, on a déjà eu droits à quelques affiches qui resteront certainement parmi les meilleures d’ici décembre. Après l’habituel Persistence Tour en janvier, un autre gros package hardcore nous attendait à Hasselt ce dimanche 12 février. Plus qu’un concert, c’était un presque un mini festival avec 6 groupes au total : Reality Slap, Get The Shot, Hellions, First Blood, Comeback Kid et enfin, Deez Nuts.

Les portes ouvraient à 16h30 avec Reality Slap et Get The Shot mais malheureusement, nous avons dû faire l’impasse sur ces deux premiers groupes. La soirée a donc débuté pour nous avec les Australiens d’Hellions que nous avions découvert en octobre 2015 lorsqu’ils ouvraient pour Northlane. Une prestation insipide qui ne nous avait pas donné envie d’approfondir le groupe à l’époque. Chacun ayant une seconde chance, on est allé voir comment le groupe a évolué et ce fut plutôt une bonne surprise. Un chant plus agréable pour les oreilles, un son bien punchy : sans être révolutionnaire, ce combo australien a chauffé la foule qui remplissait déjà la moitié de la salle venue assez tôt pour profiter de cette affiche plus qu’alléchante.

Le niveau monte ensuite d’un cran, au moins, avec First Blood qui font office de dinosaures du hardcore ce soir à l’instar de Comeback Kid également. Presque 2 ans depuis leur dernier concert belge. Et surtout, près de 7 ans depuis leur dernier album ! Mais, enfin, après quelques années de doutes pour Karl (front-man du groupe), ce disque nommé Rules est enfin sorti : via Pure Noise Records le premier jour de la tournée. Et si vous ne l’avez pas encore écouté, sautez dessus car c’est certainement le meilleur de la discographie des Ricains ! La musique, c’est comme un bon vin, ça a tendance à mourir avec les années. Avec 7 ans de préparations, ce Rules a eu le temps de développer un goût plus qu’alléchant. C’est d’autant plus dommage que le public belge a laissé un accueil assez froid à sa présentation chez nous : un public presque statique, un pit à peine ouvert, des crowd-surfing qui se comptent sur les doigts d’une seule main. Même si Karl est fatigué de ce début de tournée, le groupe a donné son maximum, nous a présenté quelques nouveaux titres et a fini sur le classique Silence Is Betrayal. Un titre finalement, au sens propre, qui représente bien la réaction du public, en dehors d’une poignée de fans au premier rang. On était loin de l’ambiance de leur concert dans un DNA plein à craquer il y a 3 ans. Un concert dont le groupe se souvient encore ! Ils passeront encore deux fois en Belgique cette année : en espérant un meilleur accueil.

                                                                                                Picture by DeanX Photography pour MOD Loud.

Après cette mise en bouche plus qu’agréable, place à une des deux têtes d’affiche de cette soirée : Comeback Kid. Cette tournée est la dernière de l’épopée du dernier album Die Knowing sorti il y a trois ans avant d’entrer en studio à nouveau. Un disque que l’on aura sûrement en main pour leur tournée des festivals cet été qui les feront passer par le Graspop le 16 juin. Mais avant de voir si loin, regardons ce qu’ils nous ont réservé cette fois-ci. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils nous ont préparé une set-list aux petits oignons faisant le tour de toute leur discographie tout en mettant en point d’orgue Die Knowing et le cultissime Wake The Dead. Malgré cela, on a cru avoir étonnamment un concert un peu mou du genou lorsque les Canadiens sont arrivés sur scène mais ce n’était heureusement qu’une impression. Les quelques 400 kids présents ont pris 2 chansons à se réveiller avant de commencer à vraiment se défouler avec l’énorme Wasted Arrows. Nous voilà enfin lancés pour 50 minutes de bonheur entre les vieux classiques (All In A Year, False Idols Fall, Partners In Crime…) et les derniers en date (Die Knowing, Losing Sleep…) avant de finir sur un tonitruant doublé Broadcasting / Wake The Dead. Encore une fois, Comeback Kid emmené par Andrew Neufield ont prouvé qu’ils étaient de vraies bêtes de scène et c’était un plaisir de les revoir ici même si, étonnant, ça n’égalait pas leurs dernières prestations au Groezrock. Etonnamment, la majeure partie du public semblait être là pour Deez Nuts.

                                                                                                Picture by DeanX Photography pour MOD Loud.

Il n’a pas fallu plus d’une chanson pour confirmer nos impressions : le gros de la foule était là pour les Australiens. En guise d’intro, on a eu droit aux douces notes de la célèbre bande-son du Parrain : JJ a peut-être remplacé son herbe habituelle pour des beaux cigares. Ou pas. Après cette mise en bouche étonnante, c’est sur un de leurs plus gros tubes que le show débuta : Band Of Brothers. Un peu comme si Queen commençaient sur We Are The Champions. Ce début en fanfare a réveillé le public en un coup. Fait très original d’ailleurs : il y avait plus de monde pour Comeback Kid mais clairement plus d’ambiance pour Deez Nuts. Avec 17 morceaux en moins de 45 minutes, ils ont certainement fait un nouveau record en la matière. Le côté répétitif de certaines chansons a été balayée par l’énergie du groupe emmené d’une main de maître par JJ dont la voix a tout de même pris un coup par rapport à la dernière fois que nous l’avions vu en 2015 (alcool, drogue, tournées incessantes…). Stay True, Shot After Shot, I Hustle Everyday, Tonight We’re Gonna Party ou le plus récent Face This On My Own : cette set-list fut un enchaînement à vitesse grand V de tous les meilleurs morceaux du groupe. Avec en prime deux nouveaux titres en avant-première de leur nouvel album « Binge and Purgatory » qui sortira le 7 avril via Century Media. Deux titres dans la lignée du disques précédent « Word Is Bond » : heavy à souhait et plus de parties vocales du guitariste, notamment pour les refrains. Simple, groovy et efficace.

                                                                                                Picture by DeanX Photography pour MOD Loud.

Au final, une bien belle soirée où la bonne humeur typique d’un bon concert hardcore régnait, une soirée où on n’avait pas peur de se faire voler son smartphone contrairement à un gros concert à l’AB ou Forest National. Le nouvel album de First Blood est une tuerie. Le nouvel album de Deez Nuts s’annonce très bien. Le nouvel album de Comeback Kid est plus qu’attendu. Les petits jeunes de Hellions, Get The Shot et Reality Slap ont l’air dans avoir dans le pantalon. Bref, une très bonne soirée comme on en redemande !