Good Charlotte : Retour vers le futur II

Ce jeudi 7 février, nous n'avions pas rendez-vous avec une des nouvelles icônes de la scène metalcore (Architects), ni avec un spectacle d'un mastodonte de la scène metal moderne (Parkway Drive). Non, ce soir, nous avions rendez-vous avec un monument de notre jeunesse : Good Charlotte. Ils nous avaient mis une claque en juin 2017. Autant le dire de suite : ils ont recommencé ce soir !

La moyenne d'âge dans la salle ce soir devait certainement approcher les 30 ans. Entre les fans de la première heure et les plus jeunes qui découvrent le groupe sur le tard ou venaient pour les premières parties, entre les groupies de 20-25 ans du premier rang et le couple quadragénaire assis dans les gradins, entre les Belges venus de tout le pays pour cette date unique ou les Français qui ne pouvaient pas attendre le lendemain, il y en avait de tous les horizons. 

Mais avant de voir débarquer les Frères Madden sur scène, trois groupes avaient été invités à chauffer la foule sur cette tournée. Tout d'abord, The Dose, nouveau groupe ricain apparemment fort fans de Nirvana, mais qui n'ont pas pu se présenter à une grande foule : 18h30 en semaine, c'est un peu juste. Et comme nous étions occupés à une interview, qui sera disponible dans les prochains jours, nous n'avons pu assister à leur performance, si ce ne sont quelques brides par ci, par là.

Pas de quoi préparer au mieux la venue sur scène du second groupe à l'affiche : le seul qui n'est pas américain puisqu'il vient du Royaume-Uni, à savoir Boston Manor. Entre eux et la Belgique, il y a une certaine histoire : ils y ont fait leur premier concert en dehors de leur Angleterre natale avant d'y faire leur premier concert en tête d'affiche et de participer à un de leurs plus gros festivals à leur actif (Graspop 2018, après le Groezrock 2017). Mais ce soir, c'est une autre paire de manche et malgré une affluence qui a doublé pendant leurs quasi 30 minutes de set, ils n'auront pas réussi à enthousiasmer plus que ça les quelques centaines de personnes présentes. Leur pop-punk commence à faire mouche : pour preuve, leur second disque "Welcome to the Neighbourhood" sorti en septembre sur Pure Noise Records, mais cela ne suffit pas encore malgré quelques réponses du public en fin de set. En tout cas, ils reviendront en Belgique à l'automne, en tête d'affiche cette fois, et on viendra voir leurs progrès à coup sûr !

Set-list : Flowers In Your Dustbin, England's Dreaming, Funeral Party, Bad Machine, FY1/Stick Up, Laika, Halo.

Credits : James K Barbosa / BRSA Media pour MusicAll.

Troisième groupe présent ce soir et qui l'était déjà en 2017 lors du dernier passages de Good Charlotte à l'Ancienne Belgique : Sleeping With Sirens. Un groupe qui laisse rarement indifférent : soit on aime, soit on aime pas. Il y a rarement de juste milieu avec ce groupe. Et il n'est pas certain qu'ils aient convaincu les plus sceptiques ce soir. Certes, ils ont eu un accueil plus que chaleureux du public mais leur performance n'était pas pour autant extraordinaire : les quelques couacs de Kellin Quinn au chant ou les soucis de volume sur 2-3 titres comme Better Off Dead ou We Like It Loud ne sont pas passés inaperçus. Tout comme l'absence presque totale de leur dernier album "Gossip" qui ne fut pas un franc succès. L'opus précédent, qui plus est le meilleur de la discographie du groupe, "Madness" était par conséquent le plus représenté avec 4 morceaux sur 10, accompagnés des plus vieux tubes du quintet tels que Do It Now Remember It Later en ouverture ou If I'm James You're Audrey Hepburn en fin de set. De quoi nous chauffer comme il faut malgré tout pour les stars de la soirée !

Set-list : Do It Now Remember It Later, Here We Go, Empire To Ashes, Better Off Dead, We Like It Loud, Go Go Go, Congratulations, If I'm James Dean You're Audrey Hepburn, If You Can't Hang, Kick Me.

Credits : James K Barbosa / BRSA Media pour MusicAll.

C'est aux alentours de 21h que les lumières se sont éteintes dans la célèbre salle bruxelloise pour laisser raisonner les premières notes de Generation RX, morceau inaugural du nouvel album qui en porte également le nom. Le début de 90 minutes de folie et 19 morceaux qui ne cesseront de monter en crescendo jusqu'à un final dantesque ! Tournée promo oblige, il faut intégrer quelques extraits de leur nouvel album, ce qui expliquera parfois une légère baisse de régime. Mais il n'a pas fallu attendre bien longtemps pour avoir un premier gros tube du groupe puisque Anthem nous est déjà servi en troisième morceau ! 

Car soyons honnêtes, même si le nouveau disque est plutôt sympathique et si le précédent avait quelques singles qui pourront faire date dans la set-list (le très bon Life Changes est, ce soir, le seul rescapé), ce sont surtout les chansons des 4 premiers opus qui sont attendus par les presque 2000 personnes (ndlr. Le concert n'était pas officiellement soldout mais cela s'est joué à peu). Et le groupe le sait évidemment. C'est pourquoi "The Young And The Hopeless" sera le disque le plus représenté avec 6 morceaux ainsi que 3 pour "Good Morning Revival", 2 pour "The Chronicles Of Life And Death" et, surtout, 2 pour le tout premier effort studio du quintet, sobrement appelé "Good Charlotte". En plus de Little Things, Good Charlotte a également sorti de son chapeau magique WaldorfWorldwide qui n'avait plus été joué en live depuis 16 ans !

Credits : James K Barbosa / BRSA Media pour MusicAll.

Cependant, malgré des tubes à la pelle et quelques artifices rajoutés sur scène, le groupe garde la tête sur les épaules et ne semble pas prétentieux pour un sous. Conscients des mauvaises périodes qu'ils ont traversées, ils semblent vivre au jour le jour, croquer dans la vie à pleine dent et voir avec humour le passé, notamment cette belle époque mi-punk mi-emo au début du millénaire. Entre quelques blagues, Joel a pris le temps de parler sincèrement au public, notamment pour présenter Prayers issu de "Generation RX" et surtout Hold On. Est-ce que beaucoup de groupes ont l'air encore vraiment sincères après presque 25 ans de carrière ? Pas tant que ça à première vue.

Comme en 2017, un des morceaux qui aura le plus enjoué une foule en délire est The River joué en fin de set. La folie durant 3'15 sans pause. Honnêtement, on aurait bien aimé l'entendre une deuxième durant le concert. Ce titre est finalement le dernier gros tube sorti par les Ricains avant que le groupe commence à battre de l'aile et ne prenne un hiatus de quelques années (de 2011 à 2015). Est-ce pour cela qu'il a une place si importante dans le coeur des fans ? Ou simplement grâce à sa qualité intrinsèque ? Il faudrait faire un sondage !

Tout en gardant un niveau très haut pendant toute la soirée, peu de titres ont cependant pu rivaliser avec The River, si ce n'est le final sur Lifestyles of the Rich & Famous où le groupe et le public ont définitivement fini par ne faire plus qu'un. Un moment magique, malheureusement trop court, qui mis un terme à ce concert passé à la vitesse de la lumière. Et pourtant, 19 titres ont été joués mais lorsqu'il ne s'agit quasi que de tubes connus de tout le monde, cela passe encore plus vite. 

Set-list : Generation RX, Self Help, The Anthm, The Story Of My Old Man, Keep Your Hands Off My Girl, Girls And Boys, Lifes Changes, Actual Pain, Shadowboxer, Predictable, Hold On, Waldorf Worldwide, Little Things, The Young And The Hopeless, The River, Dance Floor Anthem, I Just Wanna Live, Lifestyles Of The Rich And Famous.

Cette soirée fut une réussite totale pour Good Charlotte : personne ne voulait que cela s'arrête. Nous avions rendez-vous ce soir avec un monument de notre jeunesse : ce monument fait désormais bel et bien parti de notre présent. Et il nous tarde de les revoir chez nous !

Credits : James K Barbosa / BRSA Media pour MusicAll.