Interview - Sadistic Inori

Sadistic Inori est un groupe Parisien que j’ai découvert en 2012, groupe que j’ai suivi à la lettre ! Ce groupe, avec un nom intriguant, a toute fois une particularité : il n’y a pas deux, ni trois membres mais bien un seul, Dreambox ! Comment gère-t-on un groupe seul ? Le travail est-il plus dur ? Ce genre de questions, j’en ai eu par dizaines. Voilà pourquoi l’envie m’est venue de réaliser cette interview.

 

Hello Dreambox !

Dreambox : Salut.

 

Avant de rentrer dans le vif du sujet, j'ai une petite question qui me démange ! Pourquoi Dreambox ?

Dreambox : En référence à “Yokusō ni Dreambox”, un titre de DIR EN GREY figurant dans leur album Dum Spiro Spero, qui est ma musique préférée. Beaucoup pensent que «boite à rêve», traduit en Français, signifie que je suis quelqu’un avec un grand ego qui se pense parfait, mais c’est l’inverse : j’ai choisi Dreambox car j’aime la phonétique du mot.

 

Quand est-ce que l'envie t'es venue de crée un groupe ?

Dreambox : J’ai toujours voulu jouer de la musique et en composer, mais j’ai mis beaucoup de temps à obtenir la maturité nécessaire à ce genre de projet. Je ne suis pas une personne qui “vit” énormément, et je suppose que ça ne permet pas d’avoir ces déclics qui font “grandir”. On reste au final un grand enfant qui ne connait pas le monde, c’est à force de voir des lives sur internet de groupe divers que j’ai compris la force du moyen d’expression qu’est la musique. Le déclic et l’envie sont venus de là.

 

Ton groupe est donc Sadistic Inori, qu'est-ce que cela signifie et pourquoi avoir choisi ce nom ?

Dreambox : Je voulais un nom que les gens ne pouvaient pas forcément comprendre. L'idée de prendre deux langues (le japonais et le français) est directement apparue. Sa traduction est “prière sadique”. Je suis pessimiste et trop réaliste, mais je garde malgré tout l’espoir devoir ce monde devenir meilleur, et au final c’est un peu par sadisme, je crois que rien ne changera.

 

Lors de la création/mise en place de Sadistic Inori, étais-tu seul ou il y avait-il d'autres membres ?

Dreambox : Il y’a eu une autre personne qui est venue d'elle même pour m’aider à prendre mes aises dans ce monde qu'est la musique, mais cette personne est partie.

 

Enregistres-tu tous les instruments ? Comment se passent les compositions généralement ?

Dreambox : Si je n’ai pas le choix, je fais tout par moi-même. J’ai la chance de connaître le patron du pôle musical de ma ville et c’est pratique quand j’ai besoin d’un instrument. Mais vu que je suis juste guitariste, j’ai pour le moment toujours fini par trouver des gens qui m’aidaient. Pour Dubai Holocaust, mon deuxième titre, la batterie a été enregistrée par un ami qui vit au Québec. Pour les compositions, je compose les morceaux seul. Quand quelque chose me passe en tête, je le note. En général, j’ai des morceaux si long en tête que j’en oublie une partie avant de pouvoir l'écrire entièrement. C'est agacant !

 

Ton premier titre intitulé "Blind Adaptation", est-ce toi qui a écris les paroles ? De quoi parlent-elles ?

Dreambox : Ce sont les seules paroles qui n’ont pas été totalement écrites par moi même. Je ne pensais pas avoir les qualités pour écrire un texte. Les paroles viennent d’une amie, j’ai juste reformulé la totalité avec mes mots et rajouté quelques passages. Aujourd'hui, je m’occupe moi-même des paroles. Jai une vingtaine de textes complets pour les futurs titres.

 

"Blind Adaptation" est d'ailleurs disponible sur YouTube. Cependant, il y a un chanteur, est-ce toi ? Ou d'autres membres se sont mellés à cette composition ?

Dreambox : Non ce n’est pas moi, c’est Nate, l’ancien vocaliste du groupe “Arayana” qui a accepté de chanter pour ce titre. Je ne sais pas si il fait partie d’un nouveau groupe aujourd’hui car il avait quitté Arayana. Maintenant, j’apprends les techniques pour chanter moi-même, c’est très long. En attendant, je me débrouille.

 

As-tu enregistré d'autres titres ? Où sont-ils disponibles ?

Dreambox : J’ai enregistré “Dubai Holocaust” une instrumentale au style post rock, qui est très différente des futurs musiques de Sadistic Inori mais j’avais vraiment envie d’experimenter ça. Tout est disponible sur la chaîne Youtube du groupe, et en téléchargement gratuit sur BandCamp. Il suffit de nous suivre sur Facebook.

Je possède également une chaine YouTube pour mes projets musicaux personnels qui s'éloignent énormément de l’ambiance qu'on retrouve dans Sadistic Inori. 

 

Un EP est-il a prévoir ? Si oui, de quoi parlera-t-il ?

Dreambox : Oui, comportant environs 6 titres et je m’attelle à la composition. Je veux vraiment que cet EP soit mon reflet musical. L'EP sortira gratuitement sur internet. Il est encore trop tôt pour parler de sortie physique ! Ca parlera de notre monde, plus particulièrement de la population.

 

D'après-toi, ton EP favorisera-t-il ta recherche de membres pour Sadistic Inori ?

Dreambox : Je l’espère. J’ai dans l’idée d’utiliser l’EP pour que les musiciens voulant faire partie du groupe savent à quoi s’attendre avec Sadistic Inori. Cependant, si toi musicien lisant cette interview serait intéressé, tu peux me contacter sans plus attendre sur la page Facebook du groupe. Tout musicien passioné est le bienvenu !

 

As-tu certains critères dans ta recherche de membres ?

Dreambox : Il faut un guitariste qui joue sur une guitare 7 cordes, et un bassiste qui joue sur 5 cordes, étant donné que je joue sur une guitare 7 cordes. Pour ce qui est du vocal, plus il est polyvalent plus c’est intéressant. Pour la batterie, quelqu’un qui se débrouille suffit. Des personnes avec une réelle passion pour la musique, pas des gens qui font ça pour tuer le temps !

 

Dans quel style musical te classes-tu ?

Dreambox : Je n’aime pas vraiment me classer dans les styles musicaux, je me sentirais trop fermé d’être mis dans un seul genre. Par conséquent, je réponds “metal experimental” ou “progressif”. Je peux y laisser libre court à mon imagination, c’est parfait.

 

Quels sont tes groupes de référence ? T'influencent-ils dans tes compositions ?

Dreambox : DIR EN GREY et Opeth, ce sont les seuls groupes dont j’écoute toute la discographie. En général je garde trois musiques par groupe et je passe. Ils m’influencent beaucoup sur la construction. Opeth est très ôsé et s’écoute comme des montagnes russes, passant de riff metal à des balades acoustiques. Le vocal de DIR EN GREY n’hésite pas à utiliser tous les registres vocaux en un titre. J’aime beaucoup ce genre de décalage et l’utilisation de beaucoup d’ambiances différentes, ça me fait voyager, et je m’en inspire beaucoup.

 

J'ai pu voir que tu avais de magnifiques artworks ! Qui s'occupe du design du groupe ? Que signifie ces artworks ?

Dreambox : Les Artworks ont été réalisés par la petite amie d’un ami. Ses artworks sont magnifiques, alors je pense garder son talent pour moi. Il n’y a pas vraiment de signification, je l’ai laissé s’exprimer au maximum.

 

As-tu quelques anecdotes à nous faire partager ?

Dreambox : J’ai beaucoup de mal à me souvenir des personnes que je connais ou que j’ai connus. Certains verront ça comme un manque de respect, mais je ne le fais vraiment pas exprès et ce n'est pas facile à vivre. Récemment j’étais à un concert du groupe “Sukekiyo”. J’ai passé plus de six heures devant un “inconnu” avant que cette personne me dise “alors Sadistic Inori, ça avance?”. Il n’y a aucune photo visible de moi sur la page du groupe, sur le coup j’ai eu très peur et je me demandais comment cette personne me connaissait. Et au final, c’était une personne avec qui je parle sur internet depuis très longtemps ! J’ai eu très honte de ne pas m'en être souvenu. J’ai aussi signé mon premier et dernier autographe en dâte à une jeune fille à la gare du nord à Paris, après ça j’avais une boule à l’estomac durant toute la soirée.

 

Qu'aimerais-tu pour un futur proche ?

Dreambox : M’exprimer avec la plus grande aisance et facilité possible à travers la musique, avoir les moyens techniques, le savoir et être capable de faire exister toutes les idées qui me tournent dans la tête depuis des années. Avoir un groupe de 5 membres soudés comme une famille. J’aimerais aussi un jour qu’une personne qui écoute ma musique vienne me dire à quel point cela a changé sa vie, peut être dans quelques années.


Voilà Dreambox, c’est ici que s’achève cette interview. J’espère qu’elle t’aura plu ? Je te souhaite une bonne continuation et à bientôt dans le Nao’s Metal Show !

Chaine YouTube du groupe : https://www.youtube.com/user/SadInoriProject

Facebook du groupe : https://www.facebook.com/SadInoriProject?ref=ts&fref=ts

BandCamp du groupe : http://sadisticinori.bandcamp.com/

Chaine YouTube personnelle de DreamBox : https://www.youtube.com/user/DreamBoxMinerva

La page de Nao's Metal Show