Interview : Terror

A l'occasion de la date belge de leur mini-tournée printanière, nous avons été à la rencontre des gars de Terror au Muziekodroom d'Hasselt ce vendredi 14 avril ! Au programme : des discussions sur la politique actuelle notamment aux USA, leur nouvel EP, leurs projets futurs ou encore une info exclusive sur leur line-up...


Votre nouvel EP, « The Walls Will Fall » sort à la fin du mois sur Pure Noise et Triple B Records. Vous en avez déjà quelques exemplaires avec vous ce soir…

M : Oui, c’était un peu en dernière minute. On a seulement joué un seul concert (ndlr : United Blood Festival) avant de prendre l’avion pour cette tournée. Sam de Triple B était présent et nous en a amené quelques exemplaires juste avant que l’on décolle.

Vous avez justement changé de label récemment, vous êtes sur Pure Noise maintenant ?

M : C’est un peu compliqué. On était sur Victory Records aux USA, en Europe on est toujours sur Century Media…Je pense que le prochain album sortira même probablement sur Nuclear Blast Records. Ça dépend un petit peu de quel label voudra mettre du temps et de l’énergie à sortir nos albums. Ce n’est même plus une question de savoir qui nous donnera le meilleur contrat ou quoi que ce soit mais plutôt le label qui sera le plus excité de sortir quelque chose avec nous !

Que pouvez-vous nous dire à propose de ce nouvel EP ?

M : Nous avons déjà sorti 2 morceaux issus de « The Walls Will Fall », nous avons mis en ligne un site (www.thewallswillfall.com) lié à la sortie de cet EP avec les dates de tournée, le clip d’un morceau, les précommandes etc…Jusqu’à présent, on a reçu un accueil assez positif donc on est content !

Par rapport au titre, impossible de ne pas y avoir une allusion à ce qui se passe en ce moment aux Etats-Unis…

M : C’est Scott qui a proposé le titre. C’est une sorte de métaphore, c’est quelque chose qui l’a inspiré, de voir à quel point c’est stupide de vouloir mettre en place quelque chose qui sépare les gens, de manière physique et mentale…En ce moment, le contexte politique est particulièrement lourd. Chaque membre du groupe, nous faisons tous assez attention à ce qu’il se passe dans le monde. Nous n’essayons pas d’être un groupe politique car cela peut parfois être difficile de parler au nom de tous mais forcément cela influence un peu la manière dont Terror compose.

Le clip que vous avez sorti pour Kill’Em Off (réalisé par Max Moore) est assez « dur » et montre des images assez violentes. C’est quelque chose que vous tenait à cœur, montrer un peu l’état d’esprit dans lequel vous êtes en ce moment ?

M : Effectivement, le morceau colle aussi assez bien à ce genre d’images, c’est un titre assez agressif, dur et violent. C’est Scott qui a proposé au réalisateur l’idée générale et Max a assemblé cela, de manière un peu collaborative.

On a parlé de Pure Noise Records dont le roaster est assez impressionnant. S’il y avait un groupe avec lequel vous voudriez tourner encore ou pour la première fois, qui choisiriez-vous ?

M : On a déjà joué plusieurs fois avec Stick To Your Guns, The Story So Far,…mais on n’a encore jamais tourné avec Knocked Loose. Ce serait cool de jouer avec eux. Ils sont assez bons, encore assez jeunes mais ce serait chouette. On est toujours heureux de pouvoir jouer avec de jeunes groupes comme Higher Power ce soir.

En parlant de concerts, vous êtes assez souvent en Belgique ! Vous serez de retour cet été pour le Ieperfest...Quel est le genre d’endroit où vous préférez jouer ? De gros festivals, comme le Groezrock l’année passée, ou de plus petites salles ?

M : Les deux ! On me le demande assez souvent parce qu’on a la chance de jouer à la fois dans de plus petits clubs et de très grosses scènes de festivals. Les deux sont différents mais j’adore cela. Quand on vient en Belgique, on sait qu’il y a tellement d’histoire ici, les villes sont magnifiques, pouvoir se promener en journée et faire un show le soir, c’est ce que j’aime le plus ! Je remarque aussi que la plupart des salles ici sont très accueillantes, très propres, on nous cuisine toujours de délicieux repas, on peut prendre des douches, c’est agréable (rires) !

Quels sont les plans pour Terror dans un futur proche ? Sortir un nouvel album ? Partir en tournée pour toujours comme vous avez l’habitude de le faire ?

M : Disons qu’on a un petit peu freiné le planning de tournée. Cette série de concerts avec Born From Pain et Higher Power est d’ailleurs assez courte. Cela fait presque 1 an qu’on avait plus fait cela, ce qui est assez dingue pour nous puisque nous tournons énormément d’habitude. Nous serons de retour cet été, comme d’habitude (rires) ! On a encore quelques dates spéciales prévues aux USA, une semaine ou deux en Amérique du Sud, ce genre de choses. Je pense qu’à l’avenir, nous ne tournerons plus que par période assez courte. Et notre nouvel album devrait arriver dans un futur assez proche…

L’année prochaine éventuellement ?

M : J’espère ! C’est dur pour moi de l’affirmer parce que je ne suis pas vraiment le seul à décider… (Jordan, guitariste, entre dans la pièce) Tu en penses quoi Jordan ? Quand sortira notre nouvel album ?

J : L’été prochain ? Ça devrait le faire ! Le but est d’enregistrer aux alentours de février pour le sortir après.

Comment le line–up de cette mini-tournée s’est-il mis en place ?

M : Born From Pain est l’un de nos groupes préférés à tous depuis longtemps, nous sommes amis avec eux depuis des années. Higher Power est un nouveau groupe que nous aimons beaucoup aussi. Nous leur avons proposé et ils ont dit oui immédiatement. Quand on a l’opportunité de choisir nous-mêmes les groupes avec qui l’on veut tourner, c’est d’ailleurs beaucoup plus facile en Europe qu’aux Etats-Unis pour ce genre de choses, on aime bien choisir des jeunes groupes qu’on aime tous. Cela dépend aussi des plannings de chacun mais on aime bien avoir l’opportunité de choisir nous-mêmes.

A propos de ce soir, David n’est pas avec vous sur cette tournée ?

M : Oui, c’est Chris qui est avec nous ! Il est chanteur pour Cruel Hand, un groupe qui tourne également énormément ! Je le connais depuis des années, il jouait aussi de la guitare pour un groupe qui s’appelle Outbreak et nous lui avons proposé. David va bientôt se marier, il ne vit pas à Los Angeles avec nous mais à Richmond en Virginie, il a une vie à lui et il était temps pour lui de prendre du recul par rapport aux tournées. Aucun problème entre nous, nous sommes toujours amis...

Donc David a quitté le groupe ?

M : Et bien…oui…Nous ne ressentions pas le besoin de faire une annonce officielle mais oui, il se concentre sur sa vie familiale, ses autres projets maintenant…Le premier concert sans lui était justement au United Blood Festival juste avant que l’on débarque en Europe et c’était dans sa ville de Richmond, donc il était présent et c’était assez étrange et assez émouvant de le voir dans le public nous regarder. Nous sommes très heureux pour lui. Ce genre de choses arrive dans la vie d’un groupe, surtout un groupe comme le nôtre qui existe depuis des années.

Music All est un site qui également pour but de réunir des musiciens entre eux. Quel conseil donnerais-tu à un jeune groupe qui démarre ?

M : Si tu commences un groupe, n’espère pas que tu passeras toute ta vie à jouer. Fais-le parce que tu apprécies la musique mais sois également prêt à ne pas forcément avoir autant de succès que d’autres groupes. C’est parfois triste mais j’ai l’impression que beaucoup de groupes s’arrêtent de plus en plus après une démo. Cela demande beaucoup de travail, d’implication d’être dans un groupe. J’ai l’impression que la vie d’un jeune groupe ne dépasse en général pas les 3-4 ans parce qu’ils ne sont pas préparés à affronter les aléas de la vie sur la route. Jouer un mauvais concert, ne pas être payé, ce genre de choses arrive souvent. Mettez-vous des objectifs au fur et à mesure pour avancer…ou pas !

Merci !

M : Merci à vous !