La set-list de rêve de : Linkin Park

Un lundi sur deux, nous choisissons un groupe pour lequel nous imaginons la set-list que nous rêverions d'avoir en concert. Le groupe en question est toujours choisi car il est au centre de l'actualité de par un nouvel album ou un événement en particulier. Aujourd'hui, c'est Linkin Park qui a été choisi. Malheureusement. Car si le choix s'est naturellement arrêté sur eux, c'est en l'honneur de de Chester Bennnington qui nous a quitté il y a de cela déjà un mois, le 20 juillet dernier. Ce jour-là, le monde musical s'est arrêté. Une légende nous a quitté. Cet article est pour toi, Chester.

Avant chaque concert, entre installation de la scène, soundchecks, interviews et autres obligations, les musiciens doivent trouver le temps de faire la set-list des morceaux qui seront interprétés. Il s'agit là d'un exercice périlleux où le groupe doit être capable de jongler entre temps forts et temps faibles, entre classiques attendus par les fans et promotions des nouveaux morceaux du dernier album. Délicat. Tellement délicat que, malheureusement, bon nombre de groupes établissent une set-list avant la tournée et se contentent de jouer la même chaque soir. Un choix parfois rendu obligatoire à cause d'un jeu de scène ou de lumières hyper calibrés et qui ne peuvent être modifiés chaque soir.

Réaliser une set-list idéale pour un groupe comme Linkin Park est une tâche encore plus compliquée tant la discographie du groupe s'est diversifiée au fil du temps. Néanmoins, le groupe réussit très bien cet exercice en n'hésitant pas à faire des medleys ou en insérant des extraits de leurs morceaux entre chaque titre afin d'assurer une suite logique cohérence tout au long du concert. Imaginer une set-list pour ce groupe est donc un vrai challenge en imaginant les accords entre morceaux mais lorsque l'on aime tant ce groupe qui a bercé notre enfance, c'est un challenge que l'on se lance et accepte volontiers !


Set-list de Maxime 

Evidemment, il est impossible de placer tous les tubes du groupe dans un concert limité à 1h40, temps de jeu habituel des Californiens. Des choix difficiles se sont donc imposés. Prêts ? Enfilez votre casque, montez le volume, nous voilà partis pour 1h40 de Linkin Park comme si on y était !

Vous l'aurez compris, réaliser une setlist de rêve pour ce groupe est un véritable défi mais je vais quand même tenter de le relever.

On commence d'entrée avec Don't Stay que je considère comme idéale pour commencer. Si vous en doutez, vous pouvez regarder le concert au Rock Am Ring 2004 où le groupe avait commencé sur ce titre : le live est en entier sur Youtube ! N'hésitez pas, c'est mieux que le « Live In Texas » ! S'ensuit en toute logique Somewhere I Belong qui est tout simplement la piste suivante sur "Meteora". Une bonne entrée en matière donc empreinte de nostalgie.

Place ensuite à un peu de modernité avec All For Nothing et Guilty All The Same, deux titres du tant mésestimé "The Hunting Party" qui feront découvrir aux fans les plus conservateurs que Linkin Park a su sortir des morceaux bien couillus même après "Meteora".

Après cette entrée en matière tonitruante, il est temps de laisser au pit un moment de repos. Nous entrons dans une phase plus mélodique et plus posée du concert avec 6 morceaux plutôt récents (Waiting For The End, Castle Of Glass, Until It's Gone...). C'est l'occasion pour les « anciens » fans de faire tourner le bar et pour les « plus récents » d'apprécier toute la diversité et le sens incroyable de la mélodie que le groupe a su développer tout au long de sa carrière.

Trèves de plaisanteries, l'ambiance remonte d'un cran. Le sympathique Wastelands suivi du monstrueux With You remettent d'aplomb un pit qui commençait à s'ennuyer. S'ensuit A Line In The Sand qui, même si il commence plutôt lentement, hausse vite le tempo en alternant temps forts et temps faibles. Le redoutable A Place For My Head le suit pour le plus grand plaisir des fans de la première heure. 

Après un grand temps fort, un peu de douceur : le très « radio friendly » Shadow Of The Day résonne dans l'air. La foule ne se fait pas prier pour reprendre ce refrain tant entendu. Et parce qu'il fallait bien mettre un morceau du dernier album, Heavy fait son apparition. Les barmans et barmaids sont débordés de travail le temps d'un morceau, la fosse se repose, le groupe se fait plaisir. Tout va bien. Le morceau qui n'a d'heavy que le nom n'en reste pas moins un morceau pop de qualité qui, même si il dénote quelque peu dans cette set-list, reste plaisant à entendre. Et une dernière petite balade de qualité issues de "The Hunting Party" pour la route avec Final Masquerade.

La température monte de quelques crans pour la clôture de ce concert ! No More Sorrow, Runaway et le légendaire Breaking The Habit enchaînés sans temps pour terminer ce set : on est gâté ! Alors que la foule dégouline de sueur et n'a plus de voix, le groupe quitte logiquement la scène après avoir salué et remercié le public. La fin ? Non, évidemment ! Vous ne croyiez tout de même pas que le groupe allait vous quitter en ayant oublié ses morceaux les plus mythiques ? Après quelques minutes et suite aux appels incessants du public, le groupe remonte sur scène alors que l'intro d'un de leurs plus gros tubes résonne dans les enceintes : Papercut. Un des morceaux légendaires de Linkin Park. Il aurait été parfait pour ouvrir le concert, il sera parfait pour lancer ce rappel qui risque fort de mettre la fosses sur les rotules.

Un enchaînement de morceaux tous les plus mythiques les uns que les autres pour apporter un final de rêve à un concert d'anthologie. A noter que le groupe interprète la version originale de Crawling et Numb, comme au bon vieux temps. Et une fois les dernières notes de One Step Closer jouées, le groupe se retire. Pour de bon cette fois. 

Voilà donc ce qui, pour moi, se rapprocherait le plus d'un concert idéal de Linkin Park. Nous avons donc 5 morceaux de "Hybrid Theory", 5 de "Meteora", 2 de "Minutes To Midnight", 2 de "A Thousand Suns", 2 de "Living Things", 6 de "The Hunting Party", 1 de "One More Light" et 1 ne figurant sur aucun album (New Divide).

Set-list : Don't Stay - Somewhere I Belong - All For Nothing - Guilty All The Same - Waiting For The End - Burn It Down - Irridescent - Castle Of Glass - New Divide - Until It's Gone - Wastelands - With You - A Line In The Sand - A Place For My Head - Shadow Of The Day - Heavy - Final Masquerade - No More Sorrow - Runaway - Breaking The Habit // Rappel : Papercut - Crawling - In The End - Numb - One Step Closer.


Set-list de Pierre

J'ai eu la chance de voir Linkin Park à Londres le 4 juillet : deux semaines avant le décès de Chester, son avant-dernier concert. Un concert magique, une set-list plutôt bonne même si le nouvel album très contesté "One More Light" était très (trop) représenté. Si la set-list suivante avait été jouée, ça aurait été le paradis. 

A la différence de la dernière tournée du groupe, on rentre ici dans le vif du sujet dès le premier morceau : les lumières s'éteignent, la tension monte, le public crie déjà autant que possible et une longue intro résonne sur laquelle les 6 Californiens débarquent pour lancer le cultissime A Place For My Head ! Il n'y a pas une seule personne dans la salle qui ne bouge pas et aucun repos ne sera pas permis par la suite avec l'enchaînement Papercut / Somewhere I Belong / From The Inside. Ca saute de partout, ça chante à tue-tête : on se croirait de retour plus de 10 ans en arrière ! Mais le succès du groupe ne se limite pas à ses deux premiers disques contrairement à ce que certains pensent. Et ils vont nous le prouver par la suite.

Le très groovy Wastelands est le premier morceau issu de la période "post-Meteora" mettant d'ailleurs en avant le rap de Mike. Un peu de douceur ensuite avec le titre qui donna son nom au dernier disque des Ricains, One More Light avec la présence au plus près du public de Chester. S'il n'était pas transcendant sur CD, il prend une toute autre tournure en live: Jugez plutôt avec cette performance au dernier Rock Werchter ! Une chanson qui en fera râler quelques uns : ça leur permettra d'aller s'acheter une bière. D'autant que cet intermède plus en douceur contient un troisième titre avec Final Masquerade.

Mais le pit va ensuite pouvoir reprendre de plus belle avec With You et Lying From You : old-school à souhait ! Et si ce n'est pas aussi péchu que ses prédécesseurs, New Divide permettra également de faire bouger la fosse. Pas de là à devenir Optimus Prime mais on n'est pas là. Le groupe a su présenter de nombreux visages durant leur carrière : au public d'en faire autant et d'évoluer avec ou du moins d'accepter l'évolution !

On s'attaque ensuite à une partie tout en douceur où le génie du groupe pourra montrer toute son étendue entre douces mélodies et voix claires à vous donner la chair de poule. De Waiting For The End à Shadows Of The Day en passant par Leave Out All The Rest : on aura de quoi chanter et lever les briquets ou autres lumières au ciel. Un magnifique moment de communion entre Linkin Park et ses nombreux fans.

Avec Guilty At The Same utilisé comme titre d'ouverture sur les tournées 2014 - 2015, c'est la seconde partie du set qui commence. Un set durant lequel le groupe n'est pas au bout de ses surprises et a encore un grand nombre de tubes à entendre. Ca commence de suite avec Victimized, un titre foutrement péchu et qui vient pourtant du disque "Living Things" suivi Breaking The Habit joué comme à la bonne vieille époque ! Il s'agit maintenant de ne pas relâcher la pression et on se tape sans pause un Points Of Authority dans les dents, suivi de What I've Done déjà vieux de 10 ans ainsi que les cultissimes Numb et In The End. Le public est en sueur. Le groupe est en sueur. La salle est en sueur. C'est une piscine ? Non, une (fausse) fin de concert de Linkin Park ! 

Faire un faux rappel est devenu monnaie courante pour quasi tous les groupes et nos Californiens préférés n'ont pas échappé à la mode vieille comme le monde, ou presque. Mais avec ce que l'on vient d'enchaîner, une petite pause n'était pas de trop. Conscient que le public est un peu fatigué mais ne le montre pas, Chester débarque seul au niveau des barrières intermédiaires : tiens donc, qui voilà, il s'est perdu ? Non, il chercher simplement le meilleur spot pour chanter un autre nouveau morceau : Heavy. Mike a également refait son apparition mais sur scène, derrière son clavier. Un belle petite douceur pour entamer ce rappel. Ce sera la seule. La suite sera propice au pit et le restera jusqu'à la dernière seconde du set.

Jugez plutôt : Crawling, Step Up, Faint et enfin, One Step Closer ! Qui se souvient encore du refrain de Step Up : "Who can rock a rythme like this ? Bring it to your every time like this ? Who can rock a rythme like this ? Step, step up, step, step up !". Juste magique. Un rappel joué sans fausse et qui aura fini de confirmer le statut de légende du groupe.

Set-list : A Place For My Head - Papercut - Somewhere I Belong - From The Inside - Wastelands - From The Inside - One More Light - Final Masquerade - With You - Lying From You - New Divide - Waiting For The End - Leave Out All The Rest - Shadows Of The Day - Guilty At The Same - Breaking The Habit - Victimized - Points Of Authority - What I've Done - Numb - In The End // Rappel : Heavy - Crawling - Step Up - Faint - One Step Closer.

Que pensez-vous de ces deux set-lists ? Avez-vous une préférence ou auriez-vous imaginé un tout autre concert ? Partagez votre set-list en commentaire et/ou vos bons souvenirs de concert avec Linkin Park et fût Chester Bennington !