Linkin Park - One More Light

Linkin Park, c'est l’idole de plus d'une générations et un des plus gros groupes de rock actuellement. Premier groupe rock à dépasser le milliard de vues sur YouTube, groupe rock le plus populaire sur les réseaux sociaux et également un des groupes dont la musique est le plus téléchargée illégalement. Bref, un monument du XXI siècle !

Mais un monument, même construit sur des bases très solides, reste potentiellement instable. Un accident peut toujours rêver. Mais l'accident a ce caractère unique qui fait qu'il peut ne jamais arriver, n'arriver qu'une seule fois sans grave conséquence ou annoncer une chute inévitable. Dans le cas de Linkin Park, on ne peut qu'espérer que cet accident appelé "One More Light" sera sans conséquence pour la suite, que ce n'est qu'une erreur de parcours. 

Près de la moitié de l'album avait été mis en ligne avant la sortie de ce 19 mai soit via un clip, soit via une lyric video, soit en mettant simplement la chanson en ligne illustrée par la couverture du disque. Si ce n'est Heavy à laquelle on s'est finalement habitué, surtout après la découverte de la version acoustique durant leur tournée promotionnelle en radio, les 4 autres extraits étaient plus décevants les uns des autres. Comment ce groupe qui nous a tant fait rêver et pas seulement avec l'album "Hybrid Theory" a pu tomber si bas ? Comment ont-ils passer pu passer d'un rock énergique au possible à cette pop immonde qui n'est bonne qu'à être diffusée sur Fun Radio ? Et encore.

Tous ces titres sont plats, sans relief, avec une qualité d'écriture très pauvre et un manque d'énergie certain. Pour rappel, le groupe américain est composé de 6 membres mais sur ce disque, cela ressemble presque à un duo entre Chester et Joe. Les guitares sont presque inexistantes. Les batteries n'ont jamais un son naturel. Les parties vocales de Mike sont rares. 

Le chant de Chester est d'ailleurs la seule réussite sur cet album, même si on aurait aimé quelques chants criés, même pour une ou deux phrases. Rien que pour nous rappeler le groupe que l'on écoute : Linkin Park pour rappel. Par moment, cela penche plus vers un mauvais Good Charlotte ou Simple Plan Invisible est un bon exemple. Pour d'autres moments, cela penche vers <<Inclure ici un artiste pop-electro mainstream qui a du succès sans écrire de bonnes chansons>>.

Ce neuvième opus de Linkin Park ressemble à un mauvais Poisson d'Avril mais avec 49 jours de retard. Cela ressemble plus à un remix de mauvaises chansons. Nous ne sommes pas à l'école mais si nous devions les coter, ils recevraient 2/10 : 1 point pour le chant de Chester et 1 point pour leur potentiel que l'on imagine enfui quelque part.