Never Say Die Tour 2017 : Mi-figue, mi-raisin !

Le Never Say Die! Tour s'appelle ainsi depuis 2008. Pourtant, il pourrait sans problème changer de nom pour s'intituler Emmure Never Die! Tour tant le groupe ricain est devenu un habitué d'une tournée qui a perdu de sa splendeur au fil des ans en perdant le fil rouge de ses affiches : 2010, 2011, 2013 et 2017. Ces deux dernières en tête d'affiche. Et la non-présence sur au moins une des éditions entre les deux s'explique surtout par les problèmes internes du groupe (ndlr. changement quasi intégral du line-up). Ajoutons à cela Deez Nuts, souvent présent également au NSDT et en tournée non-stop en Europe, beaucoup de petits groupes et cela vous fait une tournée dans des salles de moins de 500 personnes venant d'horizons différents.

C'est donc à l'Entrepot de Bruges qu'HeartBreakTunes nous avait donné rendez-vous pour cette seule halte belge du Never Say Die! Tour. Comme souvent, le début de soirée s'offrait d'abord aux jeunes pousses qui espèrent les prochaines têtes d'affiche de cette tournée : opener en 2010, We Came As Romans étaient en tête d'affiche en 2012. Initialement prévu en second, c'est finalement Polaris qui ont ouvert cette soirée. Eux Lorna Shore s'échangent un soir sur deux la place d'ouverture : une information qui n'était apparemment connu que des groupes et qui n'a pas été annoncée dans l'horaire posté en ligne. Premier couac de la soirée puisque nous n'avons pu assister qu'aux 30 dernières secondes de leur set, la faute à une circulation toujours aussi compliquée en Belgique. Malheureusement pour eux, c'est une foule de 100 personnes maximum et très clairsemée qui les a regardés de marbre pendant 25 minutes... auront-ils réussi à trouver de nouveaux adeptes dans la salle ? Rien n'est moins sûr. Lorna Shore n'ont ensuite pas eu plus de répondant d'un public toujours aussi peu réveillé - c'est un euphémisme. Mais interview oblige, nous n'avons pu voir leur set au complet. Par contre, nous étions au premier rang pour assister à la prestation de Kublai Khan. Le mix de metalcore et hardcore du groupe originaire du Texas a enfin pris son envol grâce à leur nouvel album "Nomad" sorti en septembre sur Rise Records. Mais il en faut décidément plus pour faire bouger le public, déjà plus en nombre, ce soir. Si le pit s'est ouvert pour une poignée de motivés, la majorité est rester immobile devant la puissance des Ricains et a plus réagi aux discours de Matt qu'à ses screams. Dommage.

© Kublai Khan par BRSA Media pour MusicAll.

La soirée va ensuite monter d'un cran en tout point avec Sworn In : plus de monde, plus d'action dans le pit, plus de lights que la pénombre laissée aux 3 premiers groupes et plus de profondeur dans le son. Présenté comme un petit groupe supplémentaire sur l'affiche, le jeune quatuor ricain est une des belles surprises de la soirée tant le nombre de personnes venues pour enfin les (re)voir en Belgique est étonnant ! Leur nouvel album "All Smiles" sous le bras, vendu en vinyle en édition collector (500 exemplaires au total) sur cette tournée, ils ont mis à profit leur 30 minutes sur scène comme il le fallait ! Avec un Tylor Dennen en feu et 3 comparses qui n'étaient pas en reste, Sworn In ont ce petit plus qui pourrait leur permettre de rapidement grimper les échelons, plus vite qu'on ne le pense. Le titre "All Smiles", qui donna son nom au disque, était évidemment présent dans la set-list : entre ambiance glauque, riffs groovy à souhait, passages two-steps, de nombreux changements de tempo, quelques voix claires... En moins de 4 minutes, Sworn In ont prouvé toutes leurs qualités. Seule grosse déception de la soirée : la non présence de leur single Make It Hurt sur la set-list.

Déjà 4 groupes de passés, plus que 3. Et le suivant à l'affiche est l'insipide Chelsea Grin. Vu et revu, ce groupe deathcore assez cliché reste une énigme pour comprendre leur succès. Un avis pas partagé par le public vu que le groupe aura droit au plus gros pit de la soirée, jusqu'ici. En ce qui nous concerne, nous en profiterons pour réaliser la seconde et dernière interview de cette longue que vous pourrez bientôt lire sur nos pages. Et finir pile poil à temps pour l'instant fiesta de la soirée : Deez Nuts ! Malgré deux derniers albums plutôt banals et à oublier, voir les Australiens est l'assurance de passer un très bon moment sans prise de tête ! Leurs principaux tubes font toujours autant mouche : Band Of Brothers, Stay True, Like There's No Tomorrow, I Hustle Everyday ou Shot After Shot pour ne citer qu'eux. Avec la durée de leurs chansons et la rapidité à laquelle il les jouent avec peu de temps mort : on aura eu droit ce soir à pas loin de 17 morceaux, rien que ça ! Néanmoins, malgré un groupe en forme en début de tournée, l'ambiance n'aura jamais atteint les sommets habituels auxquels on pouvait s'attendre et ce, à cause d'un public aux horizons très larges et qui ne se retrouvaient pas tous dans cette affiche mélangeant hardcore, deathcore, metalcore nouvelle génération... etc. Ou est-ce cette rangée de retours au devant de scène qui empêchait la pluie de stade-dives malgré l'absence de barrières ? Ou simplement un groupe qui semble sur le déclin à cause d'albums qui n'ont plus le succès de ceux sortis il y a plus de 5 ans ? Un peu de tout certainement.

Set-list : Binge, Purgatory, Popular Demand, What's Good, Stay True, For What It's Worth, Like There's No Tomorrow, I Hustle Everyday, Shot After Shot, Cawewalk, What I Gotta Do, Face This On My Own, Hedonistic Wasteland, Band Of Brothers, Carried By Six, Commas & Zeros, Dischord, Mother.

© Deez Nuts par BRSA Media pour MusicAll.

Une nouvelle fois en tête d'affiche du "Never Say Die! Tour", Emmure étaient attendus au tournant : Frankie seul rescapé du groupe après un changement quasi intégral du groupe, un changement de label (Victory Records vers SharpTone Records) et un nouvel album plus sombre que les précédents. Serait-ce le déclic pour le renouveau d'un groupe qui tournait en rond depuis 2012, au moins ? Oui et non. C'était bien parti, ça envoie du steak, on prend son pied sur la moitié du set on est content d'entendre quelques vieux tubes puis... on se retrouve avec cette même impression qu'avant : Emmure fait du Emmure et ça tourne en rond. Même s'il a des qualités vocales indéniables, Frankie Palmeri reste tout de même dans un registre assez limité et ça se ressent sur un concert d'une heure. Une prestation qu'a vécu différemment Jessica Capelle dans le public : "Personnellement, Emmure, je ne les ai jamais vus en bad en live, à part en festival à cause du son. Avant, Frankie montait sur scène sans réelle motivation et maintenant, il s'ouvre vraiment à ses fans en sortant des backstages (ndlr. avant et après son concert). La prestation du groupe était à nouveau bien hardcore et le public accrochait très bien. Même si je préfère les anciens albums".

© Emmure par BRSA Media pour MusicAll.

Au final, ce fut une soirée agréable mais sans plus. La très bonne surprise live de Sworn In, la prestation de qualité de Kublai Khan malgré un public amorphe et un Deez Nuts avec des tubes qui font toujours mouche nous auront mis le sourire au lèvre. Le reste de la soirée avec un Emmure vite fatiguant, un Chelsea Grin sans relief des des groupes d'ouverture difficiles à juger auront été le côté sombre de ce Never Say Die! Tour cru 2017.