Pleymo : Comme si c'était hier !

Jeudi 15 mars 2007. Samedi 24 mars 2018. De l'adieu de Pleymo au public belge au retour de l'icône de la Team Nowhere en Belgique se sont écoulés plus de 11 ans, soit exactement 4027 jours : une éternité. Mais une éternité qui a soudainement pris fin alors que rien ou presque ne laissait le présager. Retour sur une soirée que beaucoup n'auraient jamais pensé vivre.

L'annonce du retour du sextet parisien, d'autant plus avec le line-up tel qu'il était en 2007, a eu l'effet d'une bombe en mai dernier. Que ce soient pour les fans de la première heure, les fans du dernier album "Adrenaline" ou encore les jeunes qui ont découvert le groupe trop tard. Néanmoins, après une si longue pause, vu la vitesse à laquelle l'horizon musical évolue, il était légitime de se demander si leur musique serait encore efficace, si cela donnerait encore quelque chose sur scène, si leurs morceaux n'avaient pas mal vieilli... Et pour avoir des éléments de réponse à cette question, il y avait deux possibilités : soit jeter un oeil et une oreille aux vidéos des concerts précédent celui de l'Ancienne Belgique, soit attendre le jour-J. Dans notre cas, nous n'avons pas su résister à la tentation de consulter la toile où quelques vidéos de qualité pro étaient disponibles et, à notre grande surprise, cela donnait plus que bien ! L'excitation est donc montée d'un cran en espérant revivre un concert aussi énergique et fou que fut celui vécu en 2007.

Pour se remettre dans le bain de la belle époque de Pleymo, c'est-à-dire il y a plus de 10, les Français avaient invité un autre groupe qui s'était également reformé pour l'occasion Vegastar. Un groupe vieux de 17 ans déjà. Malheureusement pour nous, nous n'avons pu assister au concert mais, chers lecteurs, n'hésitez pas à nous donner en bas de cet article votre ressenti sur la prestation du groupe mené par l'ami Franklin (non, pas la tortue) !

Les stars de la soirée, de retour pour 20 dates pour fêter les 20 ans du groupe, étaient, eux attendus sur scène à 20h30. C'est finalement à 20h40 que les Frenchies débarquent sur les planches de la célèbre salle bruxelloise. Et pas n'importe comment : afin d'être certain que le public soit à bloc dès le début, ils nous balancent un United Nowhere enragé repris en coeur par un public en délire, suivi ni plus ni moins de Ce Soir C'est Grand Soir ! Rien que ça. Les quelques 900 personnes présentes, des plus jeunes aux moins jeunes, sont en pleine forme. Les 6 musiciens sur scène également. Tout indique que l'on va passer une très bonne soirée !

Vidéo pro avec les titres United Nowhere et Ce Soir C'est Grand Soir filmés à Nîmes le 9 mars 2018.

Une soirée qui prend rapidement la forme d'un best-of en mode karaoké : Rock, Adrénaline, 1977, Muck, New Wave, Tank Club... on pourrait presque tous les citer. Toute leur discographie y passe avec un "Episode 2 : Médecine Cake" légèrement mis en avant. Petit moment insolite avec Je Regrette, morceau le plus doux du concert et certainement un des plus doux écrits par le groupe, durant lequel une grosse foule a fait un tour par le bar du Foyer pour se désaltérer. Assez de monde d'un coup pour être remarqué. Comme si c'était l'entracte d'un film ou la mi-temps d'un match de foot. Il faut dire qu'il fait très chaud dans la salle grâce à cette communion totale entre le groupe et ses fans. Une union totale comme on en voit rarement ces derniers temps, à l'AB ou ailleurs.

Mark est toujours aussi en forme vocalement même si quelques aigus n'étaient pas des plus réussis mais cela ne faisait pas du tout tache dans la globalité du morceau joué. Son collègue au chant, Frank, était bien présent également sans être au même niveau que Mark. Quant aux autres, on les sentait plus en retrait, tout en gardant un grand sourire sur scène. Car une chose est certaine - ou bien ce sont de très bons acteurs -, malgré ce que quelques mauvaises langues peuvent dire quant à leur reformation : ils prennent du plaisir à rejouer ensemble. Et nous, on a pris notre pied à réécouter ces vieux titres et bouger dessus pour la première fois depuis très, très longtemps !

Le rappel a également fait le tour de la discographie en seulement 3 titres : d'abord le très énergique Zéphyr digne représentant de l'album "Alphabet Prison", puis le plus soft et typé rock Divine Excuse justement issu de l'album "Rock" et enfin, back to the roots, 19 ans en arrière, avec Blöhm présent sur le premier album "Keçkispasse?". Un final qui clôture dignement cette soirée pleine de nostalgie.

Si la vente de tickets n'a pas atteint les chiffres espérés, le concert en tant que tel n'aurait lui, pas pu être d'un meilleur niveau. Ce fut une belle surprise de voir le groupe aussi en forme et surtout un public aussi déchaîné non-stop durant les 80 minutes de set de Pleymo. C'était non seulement la meilleure façon de les accueillir à nouveau chez nous mais également la meilleure façon de leur demander de ne pas nous quitter à nouveau. La fin du groupe avait été brutale et inattendue en 2007. Leur retour inespéré en 2017. La suite pourrait être tout aussi surprenante mais également positive... wait and see !