Stick To Your Guns

Devenu un des gros noms hardcore en 2017, Stick To Your Guns étaient également un des gros noms de l'édition 2017 du Groezrock qui se tenait les 29 et 30 avril après avoir tourné pendant un mois en première partie de luxe pour Parkway Drive ! Nouvel album, la tournée, les projets futurs : on a parlé de tout dans la joie et dans la bonne humeur, comme d'habitude ! 

Salut les gars ! Vous avez joué un concert intimiste devant 300 personnes hier pour le pré-show du Groezrock, comment est-ce que cela s’est mis en place ?

George : Je ne sais toujours pas (rire général) !

Josh : On nous a juste demandé si on voulait faire un petit concert la veille du festival. Et on a dit oui. That’s it, fin de l’histoire. Toujours très simple avec nous !

Vous aviez l’air vachement fatigués hier soir…

Josh : On est à la fin d’une très longue tournée et en plus, hier, on a dû prendre l’avion depuis l’Espagne. On s’est réveillé tôt, on a été à l’aéroport pour prendre l’avion puis on a rouler jusqu’au concert une fois en Belgique. En plus, George a pris un avion différent pour retrouver sa femme parce que c’était son anniversaire donc on a été réveillé à 4h du mat… Jesse a également dû prendre un vol différent parce qu’il devait faire une répète avec son autre groupe, Trade Wind, qui joue également aujourd’hui au Groezrock mais genre 8h avant notre set. C’est le genre de journée vraiment crevante tu vois et donc, de fait, on était un peu fatigué pour le concert.

Rude… Mais vous voilà de retour au Groezrock, pour la troisième fois…

George : Je t’arrête, ça devrait être la 4è fois s’il n’y avait pas eu un putain de volcan en éruption en 2010 qui nous empêchait de prendre l’avion !

Juste, je m’en souviens, une bonne dizaine de groupes avait dû annulé ! Et après le Groezrock, vous jouerez au Impericon Festival à Munich où vous avez fait un concours pour que le public puisse choisir la set-list. En quel honneur ?

Josh : On a voulu faire quelque chose de sympa comme on a déjà joué à Munich en début de tournée avec Parkway Drive. Ca nous permettait d’avoir un peu de recul sur ce que pensent vraiment les gens du groupe. On pensait que certaines chansons étaient parmi les favorites de nos fans et au fait, pas du tout… mais c’est cool, ça nous fera un chouette challenge ! On va jouer quelques chansons qu’on ne joue jamais ou presque. Le choix le plus étonnant pour nous a été Left You Behind. Tu sais, je suis dans le groupe depuis 5 ans environ et on a dû répéter 6 fois ensemble, 7 fois, pas plus. Et du coup, on n’a jamais vraiment préparé cette chanson pour le live qu’on a peut-être joué 2 ou 3 fois à des occasions spéciales. C’est une belle balade tu sais… On adore arriver sur scène, balancer des gros riffs et envoyer la patate ! Alors que là, nous devons être délicats et être des gentlemen. C’est plutôt spécial.

Et dans cette set-list, on ne retrouve pas des vieux morceaux tels que This Is More ? On peut espérer la revoir un jour ?

Josh : Non, elle n’y est pas ! Tu sais, je pense que la plupart des gens qui viennent nous voir en concert en 2017 connaissent peut-être le groupe depuis 2010 et "The Hope Division" mais surtout depuis "Diamond". Ils ne connaissent pas les morceaux sortis il y a 10 ans..

Et c’est bien dommage ! Tant pis. Sinon, depuis "The Hope Division" justement, il y a à chaque fois un logo qui représente l’album : le cœur de cet album, puis le diamant, le logo de l’infini et la représentation d’un œil pour votre nouvel EP, même s’il n’est pas sur la pochette. Qu’est-ce que ça représente finalement ?

George : Pour "The Hope Division", si je me souviens bien, le nom de l’album vient de Jesse qui imaginait que ça parlerait de deux types de personnes, ceux qui ont encore de l’espoir, d’agir, et ceux qui n’en ont plus. Il voulait quelque chose qui représente cela et concrètement, voilà ce que ça a donné. Pour "Diamond", ça parlait de la vie qui était comme un bijou, un diamant donc ça été facilement mis sur papier. Et on a continué le même procédé ensuite : toujours trouver un symbole qui pouvait représenter l’idée de l’album.

Josh : Mais on n’est pas non plus devenu le genre de groupe mystique avec plein de logos. A chaque fois, on se demande si on va garder ça ou pas. Pour l’EP "Better Ash Than Dust" sorti en septembre, on était parti pour le refaire à nouveau puis le mec qui fait les artworks est venu avec son idée et waouh, c’était génial, on a tout de suite choisi ça pour la pochette !

Copyright : Cardinals Media - Stick To Your Guns @ Groezrock 2017.

Et quid du prochain album ?

George : Juste après cette tournée, on se repose quelques jours puis on va en studio ! La plupart des chansons sont finies. Mais il y a toujours des petits détails qu’on arrange en studio.

Josh : On a écrit 20 chansons qui sont finies et où il ne manque plus que le chant. Mais quand on arrivera en studio, on va faire un nouveau tri et au final, il n’en restera qu’une dizaine de vraiment bonnes.

George : Jesse va en plus arriver en studio avec plusieurs morceaux qu’il a écrit et qu’il n’a encore montré à personne donc si ça se trouve, on a déjà 30 chansons pour faire un nouvel album !

Vous pourriez finalement faire un disque avec toutes vos chansons non-sorties officiellement, un recueil de faces-B en gros…

Josh : Ou pas… (rire général)

George : On va juste sortir les bonnes chansons, laissons le reste où il est ! Finalement, on pourrait aussi sortir un double avec peut-être 25 chansons mais il n’y en aura que 10 dedans qui seront vraiment bonnes.

Dommage ! D’ailleurs, lors d’une interview réalisée il y a 2 ans, on vous avait demandé qui était le plus talentueux du groupe et l’ensemble du groupe hésitait entre Jesse et toi, George. Votre avis a évolué depuis ?

George : C’est définitivement Jesse ! Non seulement il chante bien mais il sait également écrire des bonnes chansons. Je sais écrire des morceaux dont je suis plutôt content mais je ne sais pas du tout chanter comme lui.

Josh : Même chose pour moi. Je sais écrire des chansons mais pas bien les chanter. De même pour Chris. Quant à Andrew, on a aucune idée de comment il chante… mais c’est un bon bassiste, un putain de bon bassiste !

George : C’est le meilleur bassiste que je connaisse et surtout le seul vrai bassiste ! D’habitude, les bassistes te racontent la même histoire : « A la base, j’étais guitariste tu sais puis on a eu besoin d’un bassiste dans le groupe. Et maintenant, voilà que je suis bassiste pour la vie !".

Et vous avez jeté un oeil au concert de Trade Wind justement ?

Josh : J’ai regardé 30 secondes puis j’ai dû venir ici (ndlr. En zone presse).

George : J’ai eu le temps de regarder presque 30 minutes. C’est vraiment bien.

Pour le nouvel album, qui a composé le plus ?

Josh : Pour les nouveaux morceaux qui arrivent, c’est principalement Chris et moi. On passe des journées chez lui où il a installé un studio et on compose beaucoup. Puis on donne les morceaux à George qui donne toutes ses idées pour placer la batterie dessus mais aussi sur le morceau en tant que tel.

Et pour les paroles ?

Josh : C’est entièrement le boulot de Jesse ! L’autre jour (ndlr. Hier), il vient vers moi et me dit : « Tiens, j’ai entendu ce nouveau morceau, il est vraiment bien, il faudrait que j’écrire des paroles pour celui-là ! ». Je lui ai répondu que ce serait bien vu qu’on sera en studio dans 12 jours !

George : Il adore arriver en studio en ayant rien écrit puis il se réveille tous les matins à 5h et bosse à fond dessus avec les chansons en tête. C’est hyper stressant pour tout le monde parce qu’on arrive en studio sans savoir ce que ça va donner mais peut-être qu’il a besoin de ce stress, cette adrénaline, pour son inspiration.

Josh : J’ai discuté avec notre producteur, le même qui a produit "Better Ash Than Dust" et nous allons utiliser un procédé différent cette fois. Au lieu de faire un instrument à la fois, nous allons faire un morceau complet à la fois. Donc pour chaque titre, on enregistrera la guitare de Chris et moi, puis George et Andrew et enfin Jesse pour le chant. Et ainsi de suite. Donc Jesse devrait écrire de manière différente, faire un morceau à la fois. Je ne sais pas comment ça va se passer… mais en tout cas, voilà l’idée !

George : Mais c’est une bonne idée ! Je me souviens quand on était en studio pour Diamond, je me suis réveillé la nuit pour aller pisser, il était genre 5h du mat ou un peu avant et j’ai vu Jesse sur son PC en train de regarder des vidéos sur l’espace et écrire des textes… Why not !

A chacun ses méthodes, aussi originales soit-elles ! Et quand est-ce que vous avez commencé à composer cet album ?

George : L’année passée !

Plutôt en tournée ou à la maison ?

Josh : Mmmmh. Ca dépend. Souvent, les 5 premières secondes du riff en tournée. Pendant un soundcheck, j’improvise un peu et parfois, je trouve que ça donne vraiment bien donc je prends vite mon smartphone pour filmer et garder l’idée pour la suite. Je me souviens quand on était à Paris la semaine passée (ndlr. Réellement deux semaines avant, le 13 avril), j’ai commencé à jouer un riff et Georges a trouvé ça mortel alors il a commencé à jouer dessus, puis Andrew est arrivé dans la salle : "What the fuck is that ?!" et on était là du genre : "We don’t know but it’s awesome !" (rire général)

George : Bref, clairement, on s’est dit que ce serait une chanson pour l’album !

Josh : Comme je le disais, beaucoup de riffs voient le jour en concert. Quand on revient de tournée, j’ai plein de mini-vidéos sur mon téléphone et je les réécoute au calme pour voir ce que ça peut donner. Parfois ça donne bien, d’autres fois non. Quand ça donne bien, je vais voir Chris et on trouve comment finir la chanson. Tu sais, Chris s’est fait un petit bunker et il y passe des journées complètes à faire des pré-prod, à enregistrer pour que les morceaux soient vraiment complets, qu’il n’y manque rien. Mais j’aime bien, avant de lui présenter des morceaux, travailler avec des personnes extérieures au groupe pour avoir d’autres opinions. Parfois, on n’a pas assez de recul sur une chanson. On le voit d’une manière et les gens la perçoivent tout à fait autrement.

Je vois qu’on n’a plus beaucoup donc j’aurais simplement une dernière question. La première fois que l’on s’est vu, durant le Persistence Tour en 2013, je vous avais demandé si vous aviez en tête de faire un DVD et vous m’aviez dit que vous vouliez en faire un mais que le label (ndlr. Sumerian Records) voulait que vous fassiez d’abord un autre album. Quatre ans plus tard, vous avez fait un album en plus, changé de label, sorti un EP. Donc, où en est le projet ?

Josh : On a tout le temps des bonnes idées pour faire un DVD et on n’a jamais rien fait de concret avec ! Un jour, on ne saura pas trop quoi faire avec le groupe et on se dira : « Pourquoi ne pas faire un DVD maintenant ? » et on le fera… ou pas… Un jour ! (Rire général)

Un jour peut-être ! On verra d'ici à notre prochaine rencontre...

George : Ca viendra un jour !