Stone Sour : Un des concerts de l'année !

Anvers est depuis plusieurs années devenue la capitale de la musique en Belgique mais il arrive, parfois, que Bruxelles soit encore le centre de l'attention. Ce mercredi 22 novembre était une de ces rares journées : deux mastodontes dans deux styles fort différents avaient donné rendez-vous à leurs fans dans la capitale européenne. D'un côté, Gorillaz, plus venu dans une salle belge depuis 7 ans, qui a rempli Forest National et ses 8400 places en une poignée de minutes. De l'autre côté, Stone Sour, de retour en Belgique après 4 ans d'absence et pour la première fois à Bruxelles depuis plus de 7 ans, qui a rempli les 2000 places de l'Ancienne Belgique il y a déjà 4 mois de cela. Nous avons choisi le côté obscur de la force et donc la célèbre salle du Boulevard Anspach. Un choix pleinement justifié par Corey Taylor et sa bande venu présenter leur nouveau disque "Hydrograd" !

Mais avant de profiter des stars de la soirée, nous avions droit à un special guest de luxe avec The Pretty Reckless en entrée. Une entrée qui aurait pu être chaude mais qui sera finalement bien froide, même crue... Le quatuor emmené par Taylor Momsen, qui a réussi à retirer l'étiquette d'actrice de Gossip Girls qui lui collait au dos au début du groupe, n'est pourtant pas un petit morceau, l'habituel groupe d'ouverture qui n'intéresse pas grand monde et surtout que peu de personne connait. On a affaire ici à une formation avec plusieurs tubes dans sa besace et qui remplit aisément des salles moyennes, en atteste son très rapide soldout au Het Depot à Louvain (850 places) plus tôt dans l'année. Que s'est-il donc passé ce soir ? Un problème de son ? Non. Un manque d'affluence ? Non. Une basse température ? Non. Rien de tout ça : ils donnaient juste l'impression d'être fatigués et ne pas vouloir se donner à fond. Le groupe sur scène n'a pas joué le jeu, il n'y a donc rien d'étonnant que le public en nombre dans la salle ne s'abstienne également. Si dynamique et énergique sur CD, c'était tout l'opposé ce soir : Follow Me Down, Prisonner ou Since You're Gone étaient aussi plat que de l'eau. Même pas pétillante. Et le quatuor final Make Me Wanna Die / Heaven Knows / Going To Hell / Take Me Home, mortel sur le papier, a finalement accouché d'une petite souris. Si ce n'est sur Going To Hell, joué assez vite, on a eu peine à entendre les fans chanter. Y avait-il si peu de personnes intéressées par voir The Pretty Reckless ce soir ? En tout cas, pour ceux qui les découvraient ce soir, cela ne les motivera pas à retourner les voir en live. Dommage.

Set-list : Follow Me Down, Since You're Gone, Oh My God, Hangman, Prisoner, Sweet Things, Make Me Wanna Die, Heaven Knows, Going To Hell, Take Me Down.

Après 30 minutes de changement de plateau, les lumières s'éteignent et c'est l'euphorie : Stone Sour viennent d'entrer sur scène. On ne pouvait plus passer d'un extrême à l'autre par rapport à l'ambiance qui régnait pendant le set de The Pretty Reckless ! Tournée promotionnelle oblige, c'est sur l'introduction du très bon nouvel album "Hydrograd", YSIF, que le show est lancé suivi par Taipei Person / Allah Tea et Knievel Has Landed : le tout accompagné d'artifices répartis un peu partout sur scène. Voilà donc qui explique cette longue attente entre les deux groupes ! Cela rajoute un peu de magie au concert mais le groupe pourrait même faire sans ses artifices tant que le public mange dans la main de Corey Taylor : tel un chef d'orchestre, il donne ses ordres au public qui lui répond au quart de tour. On n'en doutait pas avant le début de la soirée mais c'était désormais certain : on allait passer une très, très bonne soirée ! Surtout lorsqu'ils nous balancent les vieux morceaux : car oui, l'énorme "Come What Ever May" a déjà soufflé ses 11 bougies... Made Of Scars en apéritif avant un Reborn tonitruant : c'est la folie dans la fosse et en tant que fans de la première, on prend notre pied ! Mais ça n'a pas l'air d'être le cas de tout le monde : ce titre serait-il moins connu que les derniers singles ? Le doute est permis.

La set-list de ce soir ne laissera aucun album de côté, y compris "Audio Secrety" avec tout d'abord Say You'll Haunt Me et Hesitate qui sera plus tard mais on en reparlera. Fort sympa mais ce n'est pas ce qu'on attendait le plus. Nous, un des morceaux les plus attendus est celui qui suivit : 30/30-150. Boom-boom-boom-boom, boom, boom, boom-boom... le pied total rien qu'en entendant l'intro. Mais alors qu'ils auraient pu continuer sur cette lancée et nous balancer encore un autre gros titre, Corey, ici à la guitare, a tenu à nous offrir un peu de repos avec la semi-ballade Hesitate. Une nouveau beau moment de communion entre le groupe et ses fans. Et s'est toujours à la guitare que Corey lança le moment le plus rock'n'roll de la soirée avec le doublé Tired / Rose Red Violent Blue avec une mention spéciale pour le second qui, étonnamment, est dans le top 5 des chansons à l'applaudimètre ce soir ! 

Nous ne sommes qu'à la moitié du concert et pourtant la fatigue se fait déjà sentir. Il faut dire que Stone Sour ne lésine pas sur les moyens pour nous donner envie de bouger avec une set-list aux petits oignons. Et ça repart de plus belle avec la seule chanson issue de "House Of Gold And Bones Part 2", le très stoner Do Me A Favor : une vraie perle, la seule de ce disque assez décevant. Le premier disque éponyme aura également sa petite place dans la set-list avec, petite surprise, Cold Reader et surtout le monstrueux Get Inside (motherf*cker !!) ! L'idéal pour ouvrir le pit comme il se doit... avec un braveheart plutôt décevant. Le doute que nous avions en début de soirée se confirme : les morceaux des deux premiers albums ne sont pas les plus connus de la majorité du public de ce soir. Corey, lui, n'aura aucun soucis à exécuter ses deux titres à merveille : comme quoi, il peut toujours bien screamer !

Retour de Corey à la guitare pour la fin du set et on sait très bien pour quelles chansons : le petit nouveau Song #3 qui a très rapidement pris sa place à côté des plus grands tubes du groupe et surtout, le plus gros tube ou presque des Ricains, le magnifique Through Glass. Que dire sur l'interprétation de ce dernier ? Pas grand chose. Une interprétation parfaite sur scène, un karaoké tout aussi bon dans la fosse. Le moyen idéal de finir ce concert... avant un rappel évidemment bien préparé ! 

Un rappel de 3 titres avec tout d'abord le duo Gone Foreigner / Absolute Zero de "House Of Gold And Bones Parti 1" : deux titres que tout le monde connait décidément fort bien, suivi ensuite par un dernier titre de "Hydrograd", Fabuless. Et pour l'occasion, on se serait cru dans le clip réalisé pour ce morceau puisque les personnages gonflables du clip avaient été installés sur scène. Seule différence notable avec le clip toutefois : Corey Taylor ne finira pas dans le public. Mais ce n'était pas nécessaire pour finir cette soirée en beauté : quoi de mieux que crier "Mother F*cker" pour bien finir un show de Stone Sour finalement ? Pas grand chose !

En 1h20, Stone Sour nous a pompé toute notre énergie avec un set tonitruant sans fausse note. Avec sa joie de vivre éternelle, Corey Taylor a opéré en chef d'orchestre toute la soirée et après une période creuse avec 3 disques en-deçà de leur potentiel, le groupe est de retour plus fort que jamais. Corey a retrouvé ses longs cheveux (ou presque), Roy a retrouvé sa coupe de cheveux teintée de rouge : des looks de la belle époque des Ricains. Si l'on comprend qu'il y avait certaines priorités dans la set-list, on n'aurait cependant pas dit non à un titre ou deux en plus, surtout issus de "Come What Ever May". Une édition spéciale de l'album est sorti pour fêter ses 10 ans : pourquoi pas une tournée en jouant le disque en question au complet pour prolonger cet anniversaire ? Mais on chipote : cette soirée restera définitivement un des grands moments musicaux de cette année 2017 !

Set-list : Taipei Person / Allah Tea, Knievel Has Landed, Made Of Scars, Reborn, Say You'll Haunt Me, 30/30-150, Hesitate, Tired, Rose Red Violent Blue, Do Me A Favor, Cold Reader, Get Inside, Song #3, Through Glass // Rappel : Gone Foreigner, Absolute Zero, Fabuless.