Terror

Salut les gars ! Déjà la cinquième fois que vous participez au Persistence Tour : un souvenir en particulier de tous ces concerts ?

Martin : Sur chaque tournée, il me semble, nous jouons à Oberhausen et la salle est vraiment gigantesque, quelque chose comme 3000 personnes. Et je trouve ça vraiment dingue de voir autant de personnes venir pour un concert hardcore ! Les seuls souvenirs négatifs qu'on peut avoir, c'est quand on a un problème technique avec le bus mais sinon, c'est toujours génial... Sauf peut-être quand il neige ! On passe une dizaine de jours avec des copains à traverser l'Europe pour jouer notre musique, je ne vais pas me plaindre !

Votre prochaine tournée sera avec Knocked Loose, en support et non en tête d'affiche.

M : Ils nous ont proposé de tourner avec eux et on a évidemment accepté mais tellement de gens se bougent maintenant pour les voir qu'on aurait trouvé ça bizarre de jouer en dernier. Bien sûr, on aura beaucoup de personnes présentes pour nous mais on jouera aussi devant de nouvelles têtes comme Knocked Loose est un groupe assez jeune. Certains ne se seraient pas forcément bouger pour nous voir et du coup nous verrons. Et vice-versa pour Knocked Loose. Ils pourront nous dire quel groupe ils préfèrent mais je ne veux pas savoir la réponse ! (rire général)

Knocked Loose, Jesus Piece, Year Of The Nice... pas mal de jeunes groupes hardcore percent en ce moment. Est-ce qu'il y en a d'autres groupes que tu vois percer bientôt et avoir un beau succès ?

M : Il y a beaucoup de bons groupes comme tu le dis mais c'est dure de savoir lesquels auront beaucoup de succès, deviendront célèbres... Un groupe comme Broken Teeth est vraiment bon, il y a aussi Higher Power qui montent bien. Tu devrais jeter un oeil aussi à Ecostrike, nouveau groupe Vegan Straight Edge. Il y en a tellement ! Beaucoup de groupes bossent beaucoup, sont motivés et jouent beaucoup. Tu entendrais sûrement de nouveaux noms débarquer bientôt !

Et un conseil à donner à ces jeunes groupes qui rêvent d'une carrière comme Terror ?

M : Ne pas sauter les étapes ou viser trop haut dès le début. J'ai déjà vu des groupes qui jouaient ensemble depuis quelques mois à peine et planifiaient déjà une tournée européenne... et qui splittent rapidement en voyant les difficultés que ça implique. Commencez par jouer dans les bars locaux, un skatepark, un squat ou que sais-je. Le plus important pour un groupe n'est pas de partir en tournée pour poster plein de photos sur Instagram ! Concentrez-vous sur votre musique avant tout, sur la vie en groupe. Le reste viendra ensuite en récompense de votre travail.

Passion before fashion, comme dirait H2O ! Et avec toutes ces tournées, vous prenez encore le temps de répéter tous ensemble ?

M : Alors là... Scott, c'est quand la dernière fois que Terror a fait une répète ?! 

S : ... (pas de réponse)

M : Sans déconner, je pense que la dernière fois que j'ai répété avec le groupe, c'est quand je suis arrivé il y a plus de 10 ans ! On joue tellement de concerts que ce n'est plus vraiment nécessaire de répéter. Si on a vraiment besoin de jouer un peu ensemble, on le fait pendant le soundcheck et on est bon.

Quid du studio et de la préparation pour les enregistrements ?

M : Avec les technologies actuelles, c'est tellement facile d'enregistrer des démos seul chez toi ou répétez avec des tracks de qualité qu'on fait une bonne partie du boulot seul chez toi.

Vous avez encore eu un changement de label récemment avec votre arrivée chez Nuclear Blast. Il y avait eu Pure Noise en 2016...

S : C'est juste pour l'Europe. Donc Pure Noise Records gère les States et Nuclear Blast l'Europe.

M : Cette nouvelle collaboration s'annonce plutôt bien ! Les gars de Nuclear Blast sont venus nous voir à Berlin il y a quelques jours au premier concert de la tournée et on s'entend déjà très bien. Ils ont sorti tellement de bons albums durant leur longue carrière (ndlr. Le label fête cette année ses 30 ans). Hatebreed et Madball sont également signés chez eux.

Nuclear Blast était votre choix numéro un ou vous avez choisi parmi différentes options ?

S : C'est le seul label avec qui on voulait vraiment travailler pour le prochain album. On est vraiment chanceux car a la situation parfaite avec eux pour l'Europe et Pure Noise en Amérique. Ce sont les deux labels que l'on voulait et nous les avons eus !

Quand vous avez signé avec Pure Noise, vous avez sorti un EP "The Walls Will Fall". Une allusion au mur de Trump certainement...

S : Quand je cherchais un titre à cet EP, j'étais vraiment triste de voir comment le monde allait, entendre des gens parler de construire un mur pour séparer 2 pays... c'était juste dingue. Donc, oui, je me suis inspiré de ça pour le titre du disque. 

On retrouve sur ce très court EP une cover de Madball. Pourquoi cette chanson ? Pourquoi l'enregistrer spécialement sur cet EP ?

M : C'est une cover qu'on a plusieurs fois jouée en live. L'année passée, on l'a jouée à un concert à New-York d'ailleurs et Freddy est venu chanter avec nous sur scène. C'est une très vieille chanson de Madball, une des meilleures et je pense que beaucoup de personnes actuellement ne l'ont pas forcément déjà entendue. C'était l'occasion de leur rendre hommage en quelque sorte.

S : On a toujours voulu le faire. On avait l'occasion de le faire. On l'a fait. Voilà. J'aurais voulu faire une cover des Guns N Roses mais ce n'était pas possible.

M : N'importe quoi ! (rire général)

Ca aurait été original pourtant ! Et vous n'avez pas pensé à la jouer en live avec Madball sur cette tournée ?

M : Noooooooooon ! On n'y a même pas pensé à vrai dire. On a seulement 30 minutes de set donc on se concentre plutôt sur nos chansons !

Dommage ! Comment choisissez-vous justement la set-list pour le concert ?

M : C'est Jordan (guitariste) qui gère ça. Enfin, lui et Scott. Mais tout le monde peut donner son avis bien sûr. Si quelqu'un d'autre propose une chanson et que ça convient à tout le monde, on la met dans la liste. Sur 30 minutes, on ne sait pas mettre beaucoup de chansons mais comme les nôtres sont assez courtes, ça va encore (ndlr. tout de même 12 chansons). On se concentre sur les classiques, ceux qui les fans aiment entendre.

Toujours par rapport l'EP "This Walls Will Fall", vous avez sorti une vidéo assez dure pour la chanson Kill'Em Off. Vous n'avez pas eu peur que votre vidéo soit censuré sur YouTube ou d'autres sites Internet ?

M : On n'a pas pensé à ça ou réfléchi au fait que cette vidéo pourrait être choquante et non impactante. Puis si YouTube l'avait censurée, on l'aura posté ailleurs s'il le fallait. Vimeo ou que sais-je.

S : Le clip est inspiré de scènes de film que j'ai vues. Les gars de Pure Noise nous ont mis en contact avec Max Moore et voilà.

Pourquoi un EP et pas un album complet ?

M : Sortir un EP est pratique quand tu as vraiment envie de sortir quelque chose mais que tu n'as pas assez de contenu pour faire un album entier. Ici, on avait 5 chanson (4 nouvelles + la cover de Madball), c'était parfait pour un EP. En attendant le prochain album. Puis, je trouve ça sympa de sortir un court EP entre deux gros disques. Comme on tourne beaucoup, ça permet d'apporter un peu de nouveauté. La label nous a offert la possibilité d'en faire mais aucune obligation. On n'a pas signé un contrat avec plein d'obligations du label, on est assez libre dans nos choix.

S : On avait déjà l'idée de sortir cet EP avant de signer sur Pure Noise. Quand c'était fait, on leur a expliqué l'idée et ils nous ont encouragé à le sortir. C'était une belle manière aussi d'annoncer le nouveau deal avec directement du contenu neuf.

Quid du prochain album du coup ?

S : On l'enregistre en mai.

M : Oh fuck. Déjà. Oh my god. (rire général)

Les chansons sont prêtes ?

M : Nooooooon, du tout ! On a juste un dossier énorme avec plein de chansons possibles, une tonne de riffs. Jusqu'ici, je pense qu'on doit avoir 4 chansons finies, pas plus. Mais je suis sûr qu'on va encore y chipoter, prendre une partie de telle chanson pour la mettre dans une autre. Jordan est assez pointilleux pour composition. 

Quid des paroles ?

S : Elles sont toutes là. Dès que j'entends quelque chose de cool ou que j'ai une idée, je le note dans mon téléphone. Pour ça que la dernière fois que mon téléphone m'a lâché, je me sentais mal... heureusement, j'avais une copie online.

M : Heureusement que je n'ai pas ce problème avec les paroles que j'écris ! (rire général)

S : Si tu veux de charger des textes, go for it !

M : Non, non, ça ira !

Ce prochain album, si vous ne perdez pas les données, sera le premier en 8 ans sans David à la basse. Pas trop bizarre ?

M : Il était dans le groupe depuis si longtemps ? Dingue. Le temps passe vraiment vite. Tu sais, il s'est marié, il était temps pour lui de prendre un peu de recul avec la vie dure des tournées avec Terror. Mais on a un super nouveau batteur avec Chris, qui est également dans Cruel Hand que tu connais peut-être. C'est notre nouveau David !

De fait, je connais ! Et on en arrive à la dernière question : vous serez de retour, comme d'habitude, en Europe cet été. Une date belge prévue ? En festival ou en salle ?

M : Alors là, aucune idée ! Je sais qu'on va jouer à l'Ieperfest qui n'est pas loin il me semble (ndlr. Tout de même plus de 600km). On retournera en République Tchèque, en Allemagne... sûrement la Belgique. Peut-être qu'on reviendra au Graspop ? Qui sait ! On verra où on se croisera la prochaine fois !