TOP 10 des albums metalcore les plus marquants de 2000 à 2010

Le monde musical est en constante effervescence et ne cesse d’évoluer passant d’une mode à l’autre. Et le metal n’y a pas échappé depuis son apparition - faisons classique - en 1968 avec Black Sabbath. Le heavy metal dans les années 70, le trash metal avec le Big Four dans les années ’80, le neo des 90’s puis le succès commercial du metalcore dans les années 2000. Si à la base, le terme metalcore résumait un simple mix entre hardcore et metalcore avec des groupes tels que Hatebreed ou Biohazard, le style s’est au fil du temps créé une propre identité, des structures musicales propres et par conséquent, tirés par des fers de lance nés directement dans ce nouveau style. Le metalcore s’est principalement développé dans la première décennie du troisième millénaire et le top 10 des albums les plus marquants de cette génération est entièrement subjectif. 
Tout en mettant de côté ce que certains groupes sont devenus passés cette période-là. Ces années ont pu être perçues différemment par chacun d’entre nous. Ceci n’est qu’un point de vue. A vous de donner le vôtre !
 
1. Bullet For My Valentine – The Poison (3 octobre 2005)
Si ce n’est un disque, tous ceux constituant ce top 10 sont sorti en 2005 ou après, preuve que c’était bien une année charnière. Le metalcore commençait déjà à percer mais la nouvelle vague, celle que nous connaissons bien actuellement, n’en était elle qu’à ses débuts. Et en octobre 2005, après quelques EP’s déjà encourageants, Bullet For My Valentine ont sorti leur premier full length album et c’est le succès de suite ! A peine 3 mois après sa sortie, le quator gallois se trouvait propulsé en tête d’affiche de la célèbre Brixton Academy devant 5500 personnes avec un premier DVD live à la clef… rien que ça ! Leur succès ne s’est évidemment pas limité à leur île et s’est rapidement étendu au monde entier. Mais cet album reste malheureusement à part. Si son successeur, Scream Aim Fire, reste de très bonne facture, les suivants ont montré le déclin musical du groupe qui a tenté un style plus heavy. En même temps que leur succès commercial grimpait, la qualité de leurs chansons diminuait. Mais quoi qu’il en soit, The Poison reste un disque majeur de cette génération !


 
2. Killswitch Engage – As Daylight Dies (21 novembre 2006)
En 2006, Killswitch Engage ont certes déjà 7 ans d’existence et 3 albums dans les bagages. Mais cet album les fera passer à l’échelon supérieur : un succès toutefois déjà bien amorcé par The End Of Eartache, sorti 2 ans auparavant et qui était le premier avec Howard Jones au chant. Avec My Curse en tête, ce disque est une mine d’or à gros tubes : This Is Asbolution, The Arms Of Sorrow ou encore Eye Of The Storm. Certifié plusieurs fois disque d’or, cet opus reste pour moi le meilleur des Ricains et un exemple de ce metalcore quelque peu old-school vu du milieu en 2016.


 
3. I Killed The Prom Queen – Music For The Recently Deceased (31 juillet 2006)
A l’époque, I Killed The Prom Queen est le fer de lance de la scène metalcore australienne qui nous parait quasi inexistante de l’autre côté du monde. Et pourtant, ils valent le détour ! Groupe d’une autre génération, les jeunes d’aujourd’hui ne savent pas pour certains que JJ Peters, actuel chanteur de Deez Nuts, en était à l’origine le batteur ni que Jona Weinhofen, ex-Bring Me The Horizon, en est le guitariste. Qui sait ce que le groupe serait devenu avec un line-up stable et sans split en 2008 ?!


 
4. As I Lay Dying – An Ocean Between Us (21 août 2007)
Le point culminant de la carrière arrêtée brutalement d’As I Lay Dying ? Certainement ! Un vrai petit bijou du genre ! The Sound Of Truth, Nothing Left, Forsaken, I Never Wanted… certains des plus gros tubes du groupe sont sur cet album ! Malgré la fin du groupe et l’arrestation de Tim Lambesis, le groupe reste une référence du genre et une inspiration pour pas mal de jeunes groupes metalcore. Que ce soit pour la musique ou la musculation au fait… faites un tour sur le net si vous ne vous souvenez plus de l’étonnant changement physique du frontman du groupe en 2011 – 2012 ! Voudra-t-il relancer la formation à sa sortie de prison en 2020 ?!


 
5. Parkway Drive – Horizons (6 octobre 2007)
Les Australiens sont juste bons à faire du surf, du rugby, jouer avec les kangourous et faire les beaux gosses ? Faux ! Même s’ils ne cachent pas leur amour pour le surf et jouent souvent en tongues sur scène, Parkway Drive reste avant tout un groupe metalcore à potentiel énorme. Horizons est une merveille, une perle rare, la huitième merveille du monde… Bref, les superlatifs ne manquent pas pour qualifier ce disque salué de manière unanime. Si certains disques contiennent plusieurs tubes, on serait tenté de dire qu’il n’y a ici que des tubes. Jugez plutôt : Carrion, Idols An Anchors, Boneyeards, The Siren’s Song, Horizons… etc. Pourquoi ne pas le mettre en première position du coup ? Ce serait trop simple. Et trop se baser sur le vécu et le recul que l’on a dessus presque 10 ans plus tard. Tout le monde n’imaginait pas à l’époque que Parkway Drive deviendrait tout simplement le plus gros groupe metalcore existant.


 
6. August Burns Red – Messengers (19 juin 2007)
Second album du combo ricain mais le premier avec le line-up que l’on connait tous : Jake Luhrs au chant et Dustin à la basse. Leur metalcore pourtant assez technique reste accessible et nous emmène dans un monde foutrement chaotique et mélodique. Pas grand-chose à critiquer sur ce disque finalement… Si ce n’est qu’ils auraient mérité déjà plus de renommée à l’époque ! Et qu’une tournée pour fêter les 10 ans de ce disque en le jouant en intégralité en 2017 serait un pur bonheur ! C’est à la mode en ce moment et comme le groupe reste à part, loin des clichés et des modes, ça pourrait être l’exception qui confirme la règle. On ne leur en voudra pas pour cette fois.


 
7. Avenged Sevenfold – Waking The Fallen (26 août 2003)
Avenged Sevenfold, un groupe de metalcore ? Les mauvaises langues vont sûrement se montrer. Mais oui, ils étaient qualifiés comme tels. Du moins à leurs débuts. Leurs grands succès commerciaux commencés par leur disque éponyme en 2007 n’est pas du metalcore à mon sens. Ou du moins, c’était voire trop large. Premier album avec Synyster Gates à la guitare  Johnny Christ à la basse. Unholy Confessions, Second Heartbeat, Waking The Fallen… Les premiers gros tubes du quintet et pas n’importe lesquels. Ce disque a une place incontestable dans la carrière du groupe. Ce n’est pas pour rien s’ils l’ont ressorti dans une version spéciale en 2014 et qu’il est 6ème dans le top 100 des meilleurs albums du 21ème siècle du magazine Metal Hammer. Si le groupe a pris une toute nouvelle direction musicale depuis, un peu à l’instar de Bullet For My Valentine, on n’oublie pas leurs origines. Morceaux que l’on a encore souvent l’occasion d’entendre en live bien heureusement !


 
8. Misery Signals – Mirrors (22 août 2006)
Misery Signals ou un des groupes metalcore les plus sous-estimés de leur génération.  Vous avez des groupes sur-estimés et d’autres qui n’ont pas le succès qu’ils méritent. Leur discographie ne contient que 4 albums sortis en 14 ans mais chacun sont des perles à eux-seuls. Et par conséquent, Mirrors ne déroge pas à la règle. Il s’écoute d’une traite comme on tourne les pages d’un livre et on est surpris de page en page, de morceau en morceau, de note en note. Un vrai plaisir pour les oreilles. Et quand on voit le nombre de personnes qui disent sur le net à quel point ce groupe est sous-côté, on se demande comment on en est encore là…


 
9. Unearth – The March (14 octobre 2008)
Un groupe emblématique de cette génération 2000 – 2010 à côté de groupes comme As I Lay Dying, Killswitch Engage, I Killed The Prom Queen et j’en passe. Ce quatrième opus des Ricains est un concept album basé les côté bon et mauvais de l’homme, tel le « Yin et Yang ». Dessus, on retrouve l’énorme My Will Be Done ainsi que les très bons Hail The Shrine, Grave Of Opportunity ou encore The Chosen. Un classique !


 
10. 36 Crazyfists – Rest Inside The Flames (12 juin 2006)
Un poil moins metalcore que les disques précédemment cités mais qui a toutefois sa place dans ce top et dont il fallait parler ! Parmi les kids de cette génération, qui ne connait pas le tube Felt Through A Phone Line ?! Soyons honnêtes, peu de personnes. Du moins, j’espère. Mais le groupe ne se limite pas à cette chanson bien sûr. Tout l’album qui l’entoure est de très bonne facture : I’ll Go Until My Hearts Stops, Elysium (avec Monsieur Howard Jones en featuring), Between The Anchor And The Air... Si vous ne l’aviez pas encore écouté et que vous avez 40 minutes de libres, je vous conseille de l’écouter de ce pas ! Un groupe trop vite tombé dans l’oubli malheureusement.


 

Comme annoncé en préambule, ce top 10 est subjectif et n’est pas passé sur des données chiffrées.
Vous pouvez tout à fait contesté ce classement, le considérer faux de A à Z ou encore que certaines places sont imméritées.
C’est là que ça devient intéressant : donnez-nous votre avis, donnez-nous votre propre top 10 !
On est peut-être passé à un côté d’un album metalcore immanquable ...