Void Of Vision

A l'occasion de leur premier concert en Europe et donc en Belgique, nous avons été à la rencontre des Australiens de Void Of Vision ce vendredi 3 février à Aarschot ! Un groupe encore très jeune mais motivé et qui sait où il va : rencontre avec Jack, chanteur de la formation.

Vous venez de jouer votre premier concert en Europe, qu'est-ce que tu en as pensé ?

C'était super ! On ne savait pas du tout à quoi s'attendre, comment réagirait le public, s'il y aurait du public pour nous voir... c'est un bon début pour cette première tournée européenne !

Comme vous êtes arrivés en Belgique hier, le jetlag n'a pas été un soucis pour jouer ? 

Etonnement, non ! On a bien se reposer maintenant, on a quand même le contre-coup mais on gère !

Est-ce qu'il y a une ville en particulier que tu as hâte de découvrir via cette tournée ?

Les grands classiques : Paris, Berlin... etc. Ca dépend un peu d'une journée à l'autre en fonction des horaires pour l'arrivée à la salle, le soundcheck, notre heure de concert sur scène. Ce soir, par exemple, le bus part vraiment tard dans la nuit du coup, on va voir ce qu'il y a comme endroits sympas dans le coin pour faire un peu la fête !

Aarschot est plutôt un petit bled... peut-être que vous jouerez à Bruxelles ou Anvers la prochaine fois ! C'est votre première tournée en tour-bus ou vous en avez eu en Australie aussi ?

Non, toujours en van. C'est assez cher en Australie ! Le pays est tellement grand mais il n'y a pas tant de villes que ça pour jouer donc parfois tu dois prendre l'avion juste pour aller à un concert. Ce n'est pas toujours l'idéal !

Peu de gens vous connaissent pour l'instant : comment est-ce que tu présenterais Void Of Vision en une phrase ?

"Heavy groovy music" : c'est ce que l'on tente de faire au mieux ! On essaye de ne pas trop se prendre au sérieux et, dans le style, je pense que notre musique est encore assez accessible.

Vous avez quel âge dans le groupe ?

J'ai 21 ans et les autres ont aussi 21 ou 22 ans.

Et pour un jeune groupe vous tel que vous, lorsque vous avez reçu l'offre de cette tournée avec Chelsea Grin, est-ce que vous avez eu besoin de temps pour réfléchir ou vous avez directement dit oui ?

Notre première réponse à tous a été de dire oui, évidemment qu'on voulait faire cette tournée ! Tant pis si ça allait nous coûter de la thune. On y a peut-être réfléchi une journée mais faire une tournée ainsi est notre rêve depuis que l'on est tout petit, on ne pouvait pas refuser. Qui sait quand on aurait eu une autre proposition...

Vu votre premier album, je suis sûr qu'il y en aura d'autres (ndlr. le groupe sera de retour fin janvier 2018 en support de Miss May I) ! Comme tu es assez jeune, est-ce que Void Of Vision est ton premier groupe ?

On a tous eu des groupes avant mais rien de très professionnel. Void Of Vision est vraiment notre première formation. J'avais eu un groupe avec notre bassiste avant, qui également mon chef au MacDonalds où on bosse tous les deux !

Par rapport à votre job justement, ça n'a pas posé de problèmes pour faire cette tournée ? Ou vous avez dû démissionner ?

Pour nous deux, ça a pu se faire sans trop de soucis. Avec les congés et tout, c'est plutôt flexible. Les autres, c'est plus compliqué mais ils n'avaient pas des jobs très sérieux tu sais...

Même si vous n'avez fait qu'un concert, est-ce que tu as l'impression que le public européen sera fort différent du public australien ?

Oh oui ! Première grosse différence : personne en Australie ne se bouge si tôt pour voir les premiers groupes ! Si un groupe international renommé vient jouer chez nous et qu'un groupe australien déjà un minimum connu ouvre pour eux, il y a plus de chance que les gens viennent dès le début. Mais généralement, ce n'est pas trop le cas.

Vous avez sorti en septembre votre premier album, "Children Of Chrome". Une affinité avec Google Chrome ?

Ahah ! Avec un peu d'imagination, ça peut être vu comme "Les Enfants de Google Chrome" ouais ! Quand on a annoncé le nom de l'album, on a eu quelques blagues du style.

A la première écoute, on sent facilement quelques influences telles que Emmure ou Stray From The Path et justement, le chanteur de SFTP est en guest sur le premier morceau : comment l'avez-vous eu dessus ?

Quand il est venu avec Stray From The Path en Australie l'année passée, je l'ai contacté pour lui parler de notre album, qu'on aimerait beaucoup l'avoir sur une de nos chansons et une fois qu'il est retourné aux USA, on lui a envoyé les tracks et il a été très emballé ! Il a enregistré ses parties vocales en studio à New York et nous les a envoyés.

Et comment est-ce que tu prononces le nom de cette chanson //  ? Slash Slash or Double Slash ?

Plutôt In Between, la chanson est un juste milieu entre ce qu'on avait déjà sorti sur un EP précédent et comment sonne l'album. Ca ne dira pas grand chose pour beaucoup de monde mais pour nous, ça a du sens. Mais comme on ne veut pas se prendre trop au sérieux, on trouvait ça fun que la première chanson de ce disque s'appelle ainsi, ça porte à confusion ! On nous demande souvent, comme tu viens de le faire, si la chanson s'appelle Slash Slash ou quelque chose comme ça !

Dans les autres pistes de "Children Of Chrome", il y a aussi un titre instrumental qui interpelle. Est-ce plus un intermède pour l'album ou vous pensez la jouer en live ?

Mmmmh ça dépendra des tournées sur lesquelles on joue je pense. Si on est avec des groupes assez hard comme soit ou si c'est un poil plus zen. Ici, on doit vraiment balancer du lourd ! On l'a jouée par exemple sur notre tournée avec Being As An Ocean car c'est un groupe hardcore plus ambiant et ça ne dénote pas au reste de la soirée si on la joue du coup.

Un dernier mot pour le public belge qui vous découvrira via cette courte interview ?

Merci beaucoup à ceux qui sont venus ce soir ! On ne savait pas du tout à quoi s'attendre et on espère revenir bientôt après l'été ! On vient seulement de débarquer en Europe donc on attendra d'être de retour chez nous pour voir quand et on comment on pourra tourner à nouveau ici !